Archives mensuelles : mars 2013

Lettres “d” et “q”

Sur la page 5r on voit neuf fois la lettre « 4o ». Toutes ces lettres ont été transcrites par Currier et autres transcripteurs comme « q ». En regardant attentivement on peut apercevoir les différences: sur cette page il y a au moins deux modèles de « 4o ».

lettres d_qu

Dans le deuxième paragraphe, à partir de la ligne 5, la partie supérieure de « 4 » est triangulaire.
J’ai lu ces lettres comme « d ».

Dans le premier paragraphe les lettres sont différentes : la première lettre de ligne 3 n’est pas triangulaire, je suppose qu’elle pourrait signifier « q », les deux lettres restantes sont intermédiaires: est-ce que c’est « q », « d » ou bien une autre lettre ?

quam tam f5r

4oam …..8am… – quam…tam – c’est peut être du latin : quam+superlatif…tam+superlatif… = plus…plus.

Dic9d9nci9 dcor cve9 sho vzi989 dvoi9ni9 … – dicadancija dcor cveja sho vziata dvoijanija – en slave – …descendance  des fleurs qui ont été prises double…

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Sang dragon du Pérou

sang dragonLa page 25v contient un seul paragraphe de texte et le dessin d’une plante avec un drôle d’animal à côté.
La plante a une couronne de longues feuilles droites en bouquet, un renflement sur le tronc et des racines rouges.
Le petit animal semble manger le bout de la feuille.

J’ai trouvé sur l’internet quatre propositions de signification de ce dessin :

  1. D.Scott[1] l’identifie comme Dracaena, peut être Dracaena massangeana (originaire d’Afrique ?) ;
  2. E.Sherwood[2] propose Isatis tinctoria, une plante européenne utilisée autrefois à grande échelle pour la production de la teinture bleue ;
  3. D.Odonovan[3] pense que le dessin représente deux grandes arbres « Sang de Dragon » : Dracaena Cinabaris (socotrana ), originaire de l’archipel de Socotra dans l’Océan Indien et Dracaena draco, originaire des Canaries.
  4. N.Pelling[4] suppose que l’image du dragon fait l’allusion non pas à une plante mais plutôt à un livre secret dans le style de livres de Taccola.

L’animal présenté fait penser à un dragon, ce qui ne donne pas de solution immédiate à ce rébus.

  1. Premièrement « dragon » occupe une place importante dans le vocabulaire alchimique.
  2. Dans le cas de la botanique le mot « dragon » – draconis, fais partie des noms de nombreuses plantes.
  3. En pharmacie un dragon peut signifier le « sang dragon », qui, à son tour a plusieurs explications :
  • C’est le nom de plusieurs plantes européennes
  • C’est une résine importée en Europe, obtenue à partir d’une plante souvent inconnue.

sang dragon PerouPeut-on trouver une ressemblance avec l’image du fruit du sang-dragon du Pérou, provenant du livre de N. Monardes[5] sur des plantes médicinales issues du Nouveau Monde ? (voir le détail de l’image à droite).

pitaya

Ou bien le petit dragon ne mange pas la feuille mais, plutôt, est accroché à la feuille ? Il représente peut être le pitaya[6], le fruit de dragon, le fruit d’un cactus épiphyte du Pérou ?[7] Ce fruit était mentionné pour la première fois en 1553 par Pedro Cieza de Léon dans ses Chroniques du Pérou[8].

Examinons le texte : page_25v Un mot de la troisième ligne lu à l’envers nous donne « roebish » – rubish ? – de (couleur) rubis ?

Le texte contient onze fois le mot « 8am » (ou « daiin), alors qu’il est présent une seule fois sur la page de l’ananas et deux fois dans le paragraphe de corozo.

Est-ce que ce mot sépare les synonymes ?

Le Dictionnaire de Mérat[9] cite huit plantes produisant la substance vendue autrefois en pharmacie sous le nom de « sang-dragon » :

« Sang-dragon, sanguis draconis. Substance résineuse, un peu balsamique, de couleur rougeâtre, qu’on obtient de plusieurs végétaux… :

  1. Pterocarpus Draco L. – arbre de la famille des légumineuses, originaire des Indes Orientales
  2. Dracaena Draco L. – arbre de la famille des Asparaginés, originaire des Canaries
  3. Calamus Draco W. – le palmier, dont la résine est un véritable sang de dragon. La résine est extraite des fruits.
  4. Yucca Draconis, L. – de la famille des Liliacées, ressemble au Dracaena Draco, orginaire de l’Amérique
  5. Dalbergia monetaria L. – arbre de la famille des Légumineuse, originaire de Surinam
  6. Pergularia sanguinolenta, Lindley – Apocynée, originaire de Sierra-Leone
  7. Croton sanguifluum et C. Hibiscifolium, Kunth – de la famille des Euphorbiacées, originaires du Pérou
  8. Houmiri balsamifera – arbre de la Guiane, de famille indéterminée »

En latin[10] « tam » signifie « tant, autant, si, tellement, à ce degré, à ce point »

A suivre…

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Ananas du Brésil

ananas
La page 11v a un seul paragraphe de texte et le dessin d’une plante.
Je n’ai trouvé qu’une seule identification de la plante, par E.Sherwood, qui voit en elle Curcuma longa [1], une plante asiatique connue en Europe depuis l’Antiquité et décrite par Dioscoride dans ses Materia Medica[2].
Selon moi, la plante ressemble plutôt à un ananas, une plante du Nouveau Monde, découverte par les conquistadors au Pérou et au Brésil.
Les images de l’ananas proviennent, de gauche à droite, des livres d’Oviedo[3], de Thevet[4], d’Acosta[5] et de Hernandez[6].
Pour plus d’illustrations : www.plantillustrations.org
Voici les noms de l’ananas que j’ai pu trouver sur l’internet :
abacaxi [abaka’ʃi], achupalla, achupaya, amanat(z), ananas(a), boniana, bromelia, hoyriri, iaiagua, iaiama, iayama, matzatli, nana, nanon, nuce pinea indica, piña(s), pineapple, pinhas, pinnas, pinya.
Pourrai-je trouver un mot dans le texte qui donnerait le nom de l’ananas ?

page_11v

Les remarques qui suivent se basent sur ma proposition actuelle de l’alphabet (qui peut, évidement évoluer) :

  •  Il n’y a pas de lettre « b » dans le texte – abacaxi, boniana, bromelia
  • Il n’y a pas de mot avec deux « n » – ananas(a), nana, nanon
  • Pas de mot avec « p » et « n » – nuce pinea indica, piña(s), pineapple, pinhas, pinya
  • Pas de mot avec deux « r » – hoyriri

Il reste : achupalla, achupaya, amanat(z), iaiagua, iaiama, iayama, matzatli.

aiamaEst-ce que ce mot peut être le nom de la plante ?

Sauf que ce mot n’est pas unique dans le manuscrit : en dehors de cette page il se trouve sur 2r, 9r, 47v, 69r.

A suivre…

Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Plantes Voynich

Corozo du Pérou

slon

Le dernier paragraphe de 99v a le dessin d’un pot de pharmacie à gauche et le dessin d’une plante à la tête d’éléphant à droite. Le pot et la plante sont accompagnés d’étiquettes.
phytelephas miroirL‘inscription sur le pot peut se lire « orakas », qui peut être une anagramme « korozo » – « corozo » – l’ivoire végétal, le fruit de palmier péruvien Phytelephas[1], (voir l’image[2] à droite). Ce palmier a été décrit, pour la première fois, par Ruiz et Pavon en 1798[3].
L’étiquette à la droite du dessin de l’éléphant peut se lire « nolccarol ». Nous pouvons séparer ce mot en trois parties et en lisant ces parties à l’envers obtenir « slon raslo » – « слон расло ».
Le mot « slon » ne pose aucun problème, il signifie « éléphant ».
Le mot « raslo » peut être rapproché du mot « расль » – росток, отпрыск[4] – pousse, rejet.
Ou bien du mot « raslina »– plante en serbe, « roślina » – même chose  en polonais et ukrainien.
Donc cette étiquette veut dire « la pousse d’éléphant » ou bien « la plante éléphant ».

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich