Archives mensuelles : mars 2014

Στέαρ και νεαρός

stearLa dernière ligne de la page 3v peut se lire comme Θάω στέαρ(ος) και νεαρ(ός).

  • θάω – sucer, traire, téter
  • στέαρ, στεατος – gras, graisse (solide), suif
  • και – et, même, ensuite
  • νεαρός – jeune, tendre, nouveau

Serait-ce « …(ex)traire le gras solide, ensuite tendre » ?

S’agit-il d’un fruit gras et tendre comme l’avocat, par exemple ?
Ou bien le texte présente une plante qui fournirait le suif, le beurre végétal ?

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Taro, taron, taros ou tarum ?

Le mot « taro » de mon post précédent peut se lire, très probablement, de manières différentes.
Regardons d’abord les noms des plantes.
Déjà dans son Histoire naturelle Pline utilise le nom « tarum » pour décrire « le bois d’aloès ».
Le navigateur français de XIX siècle, Louis Claude de Saulces de Freycinet[1], mentionne une plante tinctoriale taron au Timor : « …nom, que les habitants de Dillé donnent à un arbre dont les feuilles, mêlées avec de la chaux, produisent une bonne teinture bleu. Il ne paroît pas que cet arbre curieux soit encore connu des naturalistes. ».
Plus près des temps modernes « tarum » est le nom malaisien pour l’indigotier.
Si ce mot n’est pas le nom d’une plante, regardons ce que le grec peut nous proposer :
θάρρος – confiance, résolution, assurance.
Τάρρος – claie pour égoutter les fromages ; rangée de rames ; masse des racines enchevêtrées.
Ταράσσω – remuer, agiter ; troubler, inquiéter.
Ταραχή – trouble, désordre, confusion.

En vieux slovène Таранъ et тарасъ sont les machines de guerre.

Les noms propres : Ταράσιος – Тарасий, Патриарх Константинопольский, le saint de l’Elise Orthodoxe – Taraise de Constantinople (730-806), patriarche de Constantinople, qui a contribué à la restauration du culte des images dans l’Empire byzantin.
Le Taron est une région du centre de l’Arménie historique, compris à présent dans la province de Muş, en Turquie orientale.


[1] Freycinet Louis Claude de Saulces de – Voyage autour du monde exécuté sur les corvettes de S. M. l’Uranie et la Physicienne pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 – Paris, 1825

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Taro de 3r

3r taroLe premier paragraphe de la page 3r, que je vais appeler pA, parce qu’il y a quatre paragraphes au total, contient cinq fois le mot qu’on pourrait lire, selon moi, comme «taro» (voir les mots soulignés en rouge sur l’image à droite). Le mot «taro», qui désigne le plus souvent la plante alimentaire Colocasia esculenta (L.), est d’origine maori. S’il s’agit vraiment du taro, le texte ne peut pas être antérieur au XVI siècle.
Le premier mot de la quatrième ligne peut se lire comme «σιτιος ». Pouvons nous faire une parallèle avec «σιτίον» ou «σῖτος»-nourriture, alimentation?
Le dernier premier mot de la dixième ligne : «98ar(s)» peut être « ἦθος» – séjour habituel, caractère habituel, coutumes, usage ; « ἠθάς » – habitué, accoutumé, domestiqué.

S’agit-il d’un compte-rendu de domestication ou d’acclimatation du taro ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Θολωτος

tolotosLe dernier mot de la page 2v est « θολωτός ».
« θολωτός » veut dire « bâti en forme de dôme – θόλος ». Je ne sais pas si ce mot peut s’appliquer au dessin.
Toutefois le verbe « θολόω » veut dire « troubler » et « θολός » c’est la liqueur trouble jetée par le poulpe, par exemple, l’encre.
Vu que le dessin présente une plante aquatique, on peut supposer que ce mot parle de l’eau trouble dans laquelle cette plante se développe ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Plante dioïque de 29r

plante 29 r dioique

En regardant la page 29r je vois sur la dernière ligne du premier paragraphe les mots « ceocveja docieos ». Est-ce « socveja dioecious » – inflorescence dioïque ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Folio 8r

8r texteLa page 8r a trois paragraphes de texte et le dessin d’une plante qui a été identifiée différemment par les chercheurs de VM (par ordre alphabétique des noms des plantes) :

  1. Cucumis sativus L. par E. Vellinska
  2. Hedera helix L. par A. M. Mozier
  3. Pisum sativum L. par E. Sherwood
  4. Polygonum perfoliatum L. par l’auteur du blog « Voynich adventures »
  5. Tussilago farfara L. par Steve D.

Les trois paragraphes contiennent quelques mots qui se ressemblent, je suppose donc qu’il y a deux ou trois langues ou bien seulement trois auteurs ?
Je vais appeler les paragraphes A, B et C.

Peut-on lire l’avant-dernière ligne du pC comme ceci :
« sair ceiaw » species ter : « seou nam », « zeou nam » et « na … »
il y a trois espèces de « sair ceiaw » : « seou nam », « zeou nam » et « na … » ?
3 speciesLes mots « sair ceiaw » se retrouvent dans le titre de ce même paragraphe et ressemblent drôlement au mot « soya » – soja.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Колокольчики мои… – suite

Le paragraphe B commence par le mot « vorei9 » ou bien « βορειος » ?
En grec βόρειος, βορήϊος – le vent du Nord, boréal, septentrional, opposé à νότιος -du Sud.
Le (du) Sud est peut être le premier mot de la seconde ligne en vieux slovène ou une autre langue slave (voir mes posts précédents).
Si ma théorie est juste, quel est son synonyme dans le premier paragraphe ?

Sur la ligne 4 du pA et la ligne 3 du pB deux caractères uniques pour la page, bien que présents sur d’autres pages et qui ont été transcrits par mes prédécesseurs en EVA de façon ordinaire : « q » pour pA et « d » pour pB.nombre fleurs
Ces caractères inhabituels me font penser aux nombres et éventuellement au même nombre écrit en deux langues. Si le dernier mot est « цвея » – цветок, cоцветие – fleur, inflorescence, imaginons que le premier mot signifie « tête (d’une fleur) ou glomérule », ce sera peut être : « la glomérule (formée de) X fleurs », comme dans le cas de Campanula cervicaria — Campanule à fleurs en tête ou Campanula glomerata, campanule à fleurs agglomérées.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Fausse raiponce – vraie réponse ?

campanuleLe tout premier mot de la page 4v ne se répète pas apparemment dans le manuscrit. Supposons que dans le premier mot il manque une lettre « 4 » – « Pceoom » pour « pce4oom » – Pseudo nzeio nceoa – fausse clochette, avec « nzeio nceoa » comme le bruit d’une clochette ?
Je n’ai pas trouvé de « fausse clochette » en français, mais plutôt une fausse raiponce – Campanule carillon – Campanula medium L. et une Campanule fausse raiponce – Campanula rapunculoides L.[1]
C’est d’ailleurs la campanule raiponce, Campanula rapunculus, qui a été proposée par E. Sherwood.
Il y a aussi la Campanule fausse cervicaire – Campanula glomerata subsp. cervicarioides (Schult.) Arcang.

J’espère que les mots « nzeio nceoa » de pA-1 et « nceou s ncea » de pB-6 sont des synonymes et qu’ils signifient « la campanule ».


[1] Rameau Jean-Claude, G. Dumé – Flore forestière française: guide écologique illustré. Montagnes – Forêt privée française, 1993 – 2421 pages

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Колокольчики мои, цветики степные

Je vais revenir sur la page 4v pour voir si les deux paragraphes du texte ont des ressemblances avec ceux de la page 2r. Je vais appeler pA le premier paragraphe et pB le second.
page 4v
cvotaLe mot de la dernière ligne de la page 4v est semblable au mot de la page 2r :
Цвоѳа = Цвоѳѳа – цветок ? – fleur ?
Ce9ne9 civo89 – cejaneja cvota – fleur bleue ou couleur bleue (cyan).
Sur l’avant dernière ligne de la page 2r : ce9n9 – cejana – bleue.
tsutaj
Le dernier mot de la ligne 2 de la page 4v et le dernier mot du premier paragraphe de la page 2r : цута =цутай – fleuri(r)
cicveja
cicveja – cоцветие – l’inflorescence ou bien la floraison ?
La dernière ligne du pA : « seonei9 cpco89 » = « seonei9 cpc989 » de la première ligne du pB. S’agit-il des espèces (avec des fleurs) bleues – синие species ? Dans ce cas ma proposition pour « cpc9 8als »  de la page 2r doit être révisée.
ougwSur la ligne 2 de deux paragraphes : ougi9 = ougw
Оугъ = югъ[1] – du Sud ; le vent du sud, ό νότος ; l’air, l’humidité.

Quand j’examine ligne par ligne les deux paragraphes, je vois deux mots qui ne se répètent pas sur ces deux pages mais qui sont des synonymes si ma théorie est correcte : le dernier mot de la troisième ligne du pA et le dernier mot de la sixième ligne du pB :uroda
Le premier mot « uroda » m’as d’abord fait penser encore à la sélection des plantes, parce qu’en russe « urod » c’est quelque chose de monstrueux, d’anormal. Toutefois je me suis rappelé à temps que ce mot existe dans d’autres langues slaves avec une autre signification. Ainsi en polonais il signifie « beauté », le contraire du russe. En vieux slovène « urodstvo » en dehors des significations négatives comme « l’imbécilité et la folie » signifie aussi « somptuosité, luxuriance (des végétaux) ».
Son supposé synonyme du pB est « шарчарота – sharcharota ou shareiarota ». Avec « шаръ » – краска, цвет – peinture, couleur ; « шаръчий, шарьница » – живописец – peintre. Живописный – прекрасный на вид – magnifique, splendide, beau à voir.

A suivre …


[1] Sreznevskij/Срезневский И. И. – Материалы для словаря древнерусского языка – Санкт-Петербург, 1893-1912

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich