Few words of 80r

The 1st line of the third paragraph (18th line of the page) is in EVA as follows:
«(1)Pcheolkal dal (2)korchy (3)qotey qoty (4)rchedy (5)qokal (6)olkolshedy (7)chty… »
page 80r ligne 18
I read it differently:
« (1)Pei(h)eolnal 8al (2)norei9 (3)dobe9 dob9 (4)reic89 (5)donal (6)olnolske89 (7)eib9…»

  1. The first word Πει(η,ch)α(ol)ναλ is unique in the manuscript, can be a proper name, such as Πηνειος, the Thessaly Peninsula’s River, as well as the god of this river? If we read the first letters as Ph = f, Φεαι = Φεια = Φεα – Phea or Pheas – small port of Elide quoted by Homer in the Odyssey. Or is it πειναλεον – hunger?
  2. The second word can be read as no(w)rei(h)a(as,os). According to Hesychius νωρεια = ενεργεια and ενεργεια has several meanings: activity, action, physiological function, performance, divine or supernatural action, magical operation, cosmic forces. Not easy to choose. In our case, nymphs in a river, are they cosmic forces, the influence of the stars? Or is it νορεια = νορρος = ανθος μηλινον λωτου – yellow lotus flower?
  3. I should read the words qotey qoty as dobe9 dob9, but I read them as dveia dva. I know, there is no logic, why not continue in Greek? I consider for the moment that whatever the language, Slavic, Sanskrit or other, these two words mean « two, twin, second » or something in this genre. The image of two pairs of nymphs does not contradict that.
  4. The word reic89 is found several times in the manuscript: once in the botanical part (26r), four times in the « bathy » part (80r, 82r, 82v, 83v) and four times in the folio « recipes » 113r and 113v. This can be ρειστος for ρευστος – what flows, for example the elapsed time or ρηστος, a contracted form of ρηιστος = sup. ραδιος – easy, practical, complacent, accommodating; what is more valid (talking about the sick); light, frivolous; unscrupulous.
  5. The word donal can come from the verb δονεω – to shake, to move, to disturb.
  6. The sixth word is long: olnolske89 – ανασκ(χ)ετ(θ)ο(η)ς. The three words exist: ανασκηθης – not free from defects; ανασκητος – not exercised, not prepared, ανασκητως – without preparation. But also ανασχετος – bearable, tolerable.
  7. The last word of the line eib9 – ειβεις of ειβω – to spread, to pour (tears) or ηβη – youth, vigor (of youth), youthful ardor; signs of puberty (hence virility organs).

The set would thus give « The hunger’s action double more easily and shake the failing vigor … »?

Quelques mots de 80r

La 1re ligne du troisième paragraphe (18me ligne de la page) se présente en EVA comme suit :
« (1) Pcheolkal dal (2) korchy (3) qotey qoty (4) rchedy (5) qokal (6) olkolshedy (7) chty… »
page 80r ligne 18
Je lis différemment :
« (1) Pei(h)eolnal 8al (2) norei9 (3) dobe9 dob9 (4) reic89 (5) donal (6) olnolske89 (7) eib9…»

  1. Le premier mot Πει(η,ch)α(ol)ναλ est unique dans le manuscrit, peut être un nom propre, comme Πηνειος, le Pénée – fleuve de Thessalie, ainsi que le dieu de ce fleuve ? Si nous lisons les premières lettres comme Ph=f, Φεαι= Φεια= Φεα – Phéa ou Phées – petit port d’Elide cité par Homère dans l’Odyssée. Ou bien il s’agit de πειναλεον – la faim ?
  2. Le 2me mot peut être lu comme no(w)rei(h)a(as,os). Selon Hésychius νωρεια=ενεργεια et ενεργεια a plusieurs significations : activité, action, fonction physiologique, performance, action divine ou surnaturelle, opération magique, forces cosmiques. Pas facile de choisir. Dans notre cas des nymphes dans un fleuve, s’agit-il des forces cosmiques, de l’influence des astres ? Ou bien il s’agit de νορεια = νоρρος = ανθος μηλινον λωτου – fleur de lotus jaune ?
  3. Je devrais lire les mots qotey qoty comme dobe9 dob9, mais je les lis comme dveia dva. Je sais, il n’y a pas de logique, pourquoi ne pas continuer en grec ? Je considère pour le moment que quelle que soit la langue, slave, sanscrit ou autre, ces deux mots signifient «deux, double, deuxième, par deux » ou quelque chose dans ce genre. L’image de deux couples des nymphes ne contredit pas cela.
  4. Le mot reic89 se rencontre plusieurs fois dans le manuscrit : une seule fois dans la partie botanique (26r), quatre fois dans la partie « balnéaire » (80r, 82r; 82v; 83v) et quatre fois sur le folio «recettes» 113r et 113v. Ça peut être ρειστος pour ρευστος – qui coule, par exemple le temps qui s’écoule ou bien ρηστος, une forme contractée de ρηιστος = sup. de ραδιος – facile, aisé, commode, complaisant, accommodant ; qui est plus valide (en parlant des malades) ; léger, frivole ; sans scrupules.
  5. Le mot donal peut provenir du verbe δονεω – secouer, agiter, mettre en mouvement, troubler.
  6. Le sixième mot est long : olnolske89 – ανασκ(χ)ετ(θ)ο(η)ς. Les trois mots existent : ανασκηθης – pas exempt de défaut ; ανασκητος – non exercé (à), non préparé, ανασκητως – sans préparation. Mais aussi ανασχετος – supportable, tolérable.
  7. Le dernier mot de ligne eib9 – ειβεις de ειβω – répandre, verser (les larmes) ou ηβη – jeunesse, vigueur (de la jeunesse), ardeur de la jeunesse ; signes de puberté (d’où organes de virilité).

L’ensemble donnerait donc « L’action de la faim double plus aisément et secoue la vigueur défaillante… » ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s