Archives mensuelles : avril 2020

57v warp

asmatos 57vThe center of our 57v «astrolabe» has four cross labels. One of them «askaldy» can be read as asma89. If it’s a Latin word, it would be asmatis, gen. of asma – song, derived from the Greek ασμα. If it’s a Greek word, on the other hand, there is another meaning: ασμα=διασμα – the warp, a term of weaving, designating the immobile stretched threads.
The second label to look at today is «okchly» – oneil9. This word can come from the Greek verb ανειλεω – to roll, to unwind, to go back.
I looked for the links between the astrolabe, the song or the weaving chain, the only link I have found for the moment is that between the astrolabe and weaving in Chinese culture *.
Are the two labels related to Chinese astrolabes?
The label «oneilos» would be the shuttle, the one that returns back?
If so, we still have to find the weft.

*Pankenier D. W. (2015). Astrology and Cosmology in Early China: Conforming Earth to Heaven. Cambridge University Press, New York. 589 pp.

Chaine de 57v

Le centre de notre «astrolabe» de 57v a quatre étiquettes placées en croix. L’une d’elle «askaldy» peut être lu comme asma89. S’il s’agit d’un mot latin, ce serait asmatis, gén. de asma – chant, provenant du grec ασμα. S’il s’agit d’un mot grec, par contre, il existe un autre sens : ασμα=διασμα – la chaîne, un terme du tissage, désignant les fils tendus immobiles.
La deuxième étiquette à examiner aujourd’hui est «okchly» – oneil9. Ce mot peut provenir du verbe grec ανειλεω – rouler, dérouler, parcourir en revenant sur ses pas.
J’ai cherché les liens entre l’astrolabe, le chant ou la chaîne du tissage, le seul lien que j’ai trouvé, pour le moment, est celui entre l’astrolabe et le tissage dans la culture chinoise*.
Les deux étiquettes sont-elles liées aux astrolabes chinois ?
L’étiquette «oneilos», serait la navette, celle qui revient sur ses pas ?
Si oui, il nous reste à trouver la trame.

*Pankenier D. W. (2015). Astrology and Cosmology in Early China: Conforming Earth to Heaven. Cambridge University Press, New York. 589 pp.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Equinox

equinox autumnOn page 67r the WSW sector has the text on four lines:
1. Ofydy sheody aiin
2. Ycheody es odaiiin
3. Yekees oraly
4. Yfain

I suggest reading this text as a mixture of Greek and Latin: of9d9 skiotos aun / 9kiod9 is otauin / 9cniis oralos / 9fain.

The first line will give « offudit σκιωδης ων » – spread the shadow (gloomy weather), because …
The second line gives « æquidies oton » – equinox of autumn, the word oton recalls the Spanish word.
The third line, in my opinion takes up the Latin part « æqui » to combine it with the Greek word « νυξ » to designate æquinoctium – equinox. The last word can be read oraos instead of oralos, if I rely on my previous comments that ol = al = a , in the present case probably  ωραιως – happening in due season.
The last line has only one word which can be υφεν = υφεις – aorist participle of the verb υφιημι – to bring down, to lower, to decrease.
The whole would be « Rainy and gloomy weather, because this is the fall equinox, the equinox happening in due season, diminished »
I admit that there is still work to be done to harmonize all of this.

If the twelve sectors of the diagram correspond to the months, would it be September or October? Maybe the word on the bottom line is the name of the month?

Équinoxe

Sur la page 67r le secteur OSO a le texte sur quatre lignes :

  1. Ofydy sheody aiin
  2. Ycheody es odaiiin
  3. Yekees oraly
  4. Yfain

Je propose de lire ce texte comme un mélange du grec et du latin : of9d9 skiotos aun / 9kiod9 is otauin/9cniis oralos/9fain.

La première ligne va donner « offudit (offudus) σκιωδης ων » – répand l’ombre (temps maussade), parce que…
La deuxième ligne donne « æquidies oton » – équinoxe d’automne, le mot automne rappelle le mot espagnol.
La troisième ligne, à mon avis reprends la partie latine « æqui » pour la réunir avec le mot grec « νυξ » pour désigner æquinoctium – équinoxe. Le dernier mot peut se lire oraos au lieu de oralos, si je me fie à mes observations précédentes que ol=al=a, dans le cas présent probablement ωραιως – en temps convenable.
La dernière ligne n’a qu’un seul mot qui peut être υφεν = υφεις – participe aoriste du verbe υφιημι – faire descendre, abaisser, diminuer.

L’ensemble serait « Temps pluvieux et maussade, parce que c’est l’équinoxe d’automne, l’équinoxe en temps convenable, diminué »
J’avoue qu’il reste encore à cogiter pour harmoniser tout cela.

Si les douze secteurs du diagramme correspondent aux mois, celui-ci serait septembre ou octobre ? Peut-être que le mot de la dernière ligne est le nom du mois ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Autumn 57v

Page 57v has been reviewed and reconsidered by several bloggers. I’m not going to retrace the history of the search here, but rather try to read two labels from the central disk.
I will compare our image with that proposed by Marco in 2015 from Cava de’Tirreni, Bibl. della Badia, ms.3 S. Bedae, from temporibus XI Century. It’s a diagram showing, among other things, four seasons, four elements and four directions.
I’m going to turn our four guys to match their position with the four seasons. In this way the character with a spherical object in his hand will play the role of autumn with his fruit.
4 elements comparison
Its label «oparairdly» can mean autumn, west or air. I vote for the Greek word οπωρα – autumn or οπωριαιος – autumnal or fruit.
The last part of the word «dly» which I read as τλη (or τλος) is not unknown to us, it probably comes from the verb τλαω – to bear. In the case of the VM it intervenes for the second time replacing the verb φερω. Our οπωραιρτλος label must be the equivalent of οπωρο-φορος – bearing fruit.
This label can however have a pun: the middle part «air» can represent αηρ – air.
The diagonal character from that of autumn represents spring, east and earth, but what does his label say?
I read the label «otardaly» as «obartal9». Words starting with «ob» are rare in Greek, I prefer to start directly with Latin.
The label can be composed of two words: obarta+l9 for oborto or ovorto+lus, probably obverto ou obverte luci – turn towards the light or towards the star.

Automne 57v

La page 57v a été examinée et réexaminée par plusieurs blogueurs. Je ne vais pas retracer ici l’historique de la recherche, mais tenter plutôt de lire deux étiquettes du disque central.
Je vais comparer notre image avec celle proposée par Marco en 2015 provenant de Cava de’Tirreni, Bibl. della Badia, ms.3 S. Bedae, de temporibus XI Century. Il s’agit d’un diagramme présentant, entre autres, quatre saisons, quatre éléments et quatre directions.
Je vais tourner nos quatre bonhommes pour faire coïncider leur position avec celle des saisons. De cette manière le personnage avec un objet sphérique dans la main va jouer le rôle d’automne avec son fruit. Son étiquette «oparairdly» peut signifier automne, ouest ou air. Je vote pour le mot grec οπωρα – automne ou οπωριαιος – automnal ou fruit. La dernière partie du mot «dly» que je lis comme τλη (ou τλος) nous est pas inconnue, elle vient probablement du verbe τλαω – porter, supporter. Dans le cas du VM ce verbe intervient pour la deuxième fois en remplacement du verbe φερω. Notre étiquette οπωραιρτλος doit être l’équivalent de οπωρο-φορος – qui porte les fruits.
Cette étiquette peut présenter toutefois un jeu de mots : la partie médiane «air» peut représenter αηρ –l’air.
Le personnage en diagonale de celui d’automne représente le printemps, l’est et la terre, mais que dit son étiquette ?
Je lis l’étiquette «otardaly» comme «obartal9». Les mots commençant par «ob» sont rares en grec, je préfère commencer directement par le latin. L’étiquette peut être composée de deux mots : obarta+l9 pour oborto ou ovorto+lus, probablement obverto ou obverte luci – tourne vers la lumière ou vers l’étoile.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Grazing season

boton 67vOn page 67v the writings of the West sector are presented on four lines as follows: «todaiin dain dy/ orchoer aiin / choeey sar / dacsary».
I will try to read the first two lines: botaun daintos / os choiraun.

  • botaun for βοτον – cattle
  • daintos probably a form of the verb δαινυμι – divide, give a feast, eat, devour, like δαινυτω – 3 pers. sing. in optative mode.
  • oschoiraun for ος χοιρον (acc.) or χοιρων (gen. pl.) of χοιρος – little pig.
  • Ος has several meanings, can we translate in the present case by «if»?

The whole would give:

  1. «That the cattle eat (in the pastures)».
  2. «If the little pigs …»

There is nothing to indicate that the two lines should form the same sentence, so I leave them separate.

Is this the grazing season on the calendar?

Saison de pâturage

Sur la page 67v les écrits du secteur Ouest se présentent sur quatre lignes de manière suivante : «todaiin dain dy/orchoer aiin/choeey sar/dacsary».
Je vais tenter de lire les deux premières lignes : botaun daintos/os choiraun.

  • botaun pour βοτον – bétail
  • daintos probablement une forme du verbe δαινυμι – diviser, donner un festin, manger, dévorer, comme δαινυτω – 3 pers. sing, en mode optatif.
  • oschoiraun pour ος χοιρον (acc.) ou χοιρων (gén. pl.) de χοιρος – petit cochon.
  • Ος a plusieurs significations, pouvons-nous traduire dans le cas présent par «si» ?

L’ensemble donnerait :

  1. «Que le bétail mange (dans les pâturages)».
  2. «Si des petits cochons…»

Rien n’indique que les deux lignes doivent former une même phrase, je les laisse donc séparées.

S’agit-il de la saison des pâturages du calendrier ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Darchdar

darchdarThe very first label on page 77r is «darchdar». Although I’m used to reading the letter «8» as «t(h)», this time I admit that it’s difficult to find a corresponding word. However with «d» I can suggest «dareidar» and, after a slight manipulation, the Greek word δειραδος, gen. of δειρας – top of a mountain. Is the picture pipe an aqueduct that carries water from the top of a mountain?

P.S. The word is unique in the text, impossible to verify if it would keep the same meaning in another context. The two «8» and the two «r» are quite different and maybe can give us other clues over time.

Darchdar

La toute première étiquette de la page 77r est «darchdar». Bien que je sois habituée à lire la lettre «8» comme «t(h)», cette fois-ci j’admets qu’il est difficile de trouver un mot correspondant. Toutefois avec «d» je peux proposer «dareidar» et, après une légère manipulation, le mot grec δειραδος, gén. de δειρας –sommet d’une montagne. Le tuyau de l’image est un aqueduc qui conduit l’eau depuis le sommet d’une montagne ?

P.S. Le mot est unique dans le texte, impossible de vérifier s’il garderait le même sens dans un autre contexte. Les deux «8» et les deux «r» sont assez différents et peuvent peut-être nous donner d’autres indices avec le temps.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

84r bees

The second line of our 84v label reads « soiin okeeey sol okaly » in EVA.
obtundo
The last word okaly, which I read as onalos, probably belongs to the group of words examined rather: onal, onalo, onal89 and related to αναλωμα = αναθυμιασις – exhalation, evaporation.
The penultimate word sol can be ζα = δια – by means of, by and the two words ζα οναλος – « by distillation » or « by evaporation ».
The second word can be read as o(w)nu(is)s(i)9. I only found two words: ονησις – profit, advantage, enjoyment and ωνησις – purchase.
Finally I chose to read the first word as σοιω for σοιο – gen. from σος, σον – your, yours.
The whole thing would be « of your profit by evaporation ».
The two lines now: « That you have exhausted the treasure (a large amount, the reserves) of your profit by means of evaporation ».
I’m aware that it’s not perfect, because the first verb, in Latin, is in the plural, but the possesive adjective which begins the part in Greek is in the singular.
The most difficult thing is to understand what it is exactly: an alchemical process, a passage of Virgil on the bees or something else?
If we translate the verb obtundo by to strike or to disturb and the word onalos/αναθυμιασις by smoke, the sentence recalls passage 229 of book 4  of Bucolic: « Si quando sedem angustam servataque mella Thesauris regarnit, prius haustu sparsus aquarum Ora, fove, fumosque manu prætende sequaces… »

Can we shorten our label to « When you disturb the treasure (of bees), for your interest (use) smoke »?

Abeilles de 84r

La deuxième ligne de notre étiquette de 84v se lit « soiin okeeey sol okaly » en EVA.
Le dernier mot okaly, que je lis comme onalos, fait partie probablement du groupe des mots examinés plutôt : onal, onalo, onal89 et parenté à αναλωμα= αναθυμιασις – exhalation, évaporation.
L’avant dernier mot sol peut être ζα = δια – au moyen de, par et les deux mots ζα οναλος – «par distillation» ou «par évaporation».
Le deuxième mot peut être lu comme o(w)nu(is)s(i)9. Je n’ai trouvé que deux mots : ονησις – profit, avantage, jouissance et ωνησις – achat.
En enfin je choisis de lire le premier mot comme σοιω pour σοιο – gén. de σος, σον – ton, le tien.
L’ensemble serait « de ton profit par moyen d’évaporation ».
Les deux lignes maintenant : « Que vous ayez épuisé le trésor (une grande quantité, les réserves) de ton profit par moyen d’évaporation ».
Je suis consciente que ce n’est pas parfait, car le premier verbe, en latin, est au pluriel, mais l’adjectif possessif qui commence la partie en grec est au singulier.
Le plus difficile est de comprendre de quoi s’agit-il exactement : d’un procédé alchimique, d’un passage de Virgile à propos des abeilles ou encore d’autre chose ?
Si nous traduisons le verbe obtundo par frapper ou déranger et le mot onalos/αναθυμιασις par fumée, la phrase rappelé le passage 229 du livre 4  des Bucoliques : «Si quando sedem angustam servataque mella Thesauris relines, prius haustu sparsus aquarum Ora, fove, fumosque manu prætende sequaces… ».

Pouvons-nous abréger notre étiquette en « Quand tu déranges le trésor (des abeilles), pour ton intérêt (utilise) la fumée » ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

84v treasure

The rest of the first line of the upper 84v label is dar.oram. The first « r » would rather be « s » and « m » would be an abbreviated ending starting with « r »: « tas or ar? ».
obtundo
In my opinion the Latin word thesaurarium fits well. Its Greek equivalent is θησαυρος.
As the previous word calls the accusative, our word can be thesaurarium or thesaurarius – treasure, a large quantity, deposit, store.
The two words on the label will give « Obtuderitis thesaurarium … » – « Whether you have exhausted the treasure (a large quantity, the reserves) … » or « You will have exhausted the treasure (a large quantity, the reserves) … »

Trésor de 84v

La suite de la première ligne de l’étiquette supérieure de 84v est dar.oram. La première «r» serait plutôt «s» et «m» serait une terminaison abrégée commençant par «r»  : «tas or ar?».
À mon avis le mot latin thesaurarium convient bien. Son équivalent grec est θησαυρος. Comme le mot précédent appelle l’accusatif, notre mot peut être thesaurarium ou thesaurarius – trésor, une grande quantité, dépôt, magasin.
Les deux mots de l’étiquette donneront «Obtuderitis thesaurarium …» – «Que vous ayez épuisé le trésor (une grande quantité, les réserves)…» ou bien «Vous aurez épuisé le trésor (une grande quantité, les réserves)…»

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Pernicious cough

As the text of the manuscript seems to be a joyful mixture of Greek, Latin and other words, often cut into small pieces, the automation of reading seems difficult, especially for those who, like me, do not have great programming knowledge. We are obliged to examine line by line and word by word, without being able to claim that this reading could apply to the words of the other pages, apparently similar. I therefore continue to examine the text word by word here and there. Today is the turn of a small paragraph on page 115v starting with line 13, the first word of which I read in Greek φθορωδης – harmful, pernicious, disastrous.
115v P13All the words in line 13 can be read in Greek and I present them below in the order EVA / Ruby – Greek – translation into seven groups containing one, two or three original « words ».

1. Pchdarody / phtarotos – Φθορωδης – disastrous, pernicious
2. Pcheed / phut rar – φυτρα – origin, nature
3. Tcheody / besotos – βησσεται – expectoration
4. Polched / pakit – παχυς – thick, coagulated
5. Lpchdy / apeitos – απειθης – rigid; απειθη – got rid
6. Tol rchees / ba reisis – βαρησις – pressure, oppression
7. Cphor orair kol / phor orair ma – φορος ερμα – favorable to the cause, favorable to the load: φωρος ερμα – cause detector

This reading contains some approximations:
1. In word 2, the final “r” remained an orphan.
2. I read the initial letter « l » of the word 5 as ol = a to avoid the two consonants.
3. “cPh” of word 7 was replaced by “Pch” = ph = f
4. The three « words » in group 7 were brought together and split into two words.
5. The letter « k » from the very last « word » with a very high horizontal bar is read as « m ».

We just have to put these words together in a meaningful sentence.
« The pernicious nature of thick sputum was getting rid of (chest ?) tightness favorable to the encumbrance » – it’s not a harmonious phrase, I admit. Are these sputum that decreases the pain?
I found a similar sentence in the F. Adams translation  of Hippocrates Prognostics 14 : « And all sputa are bad which do not remove the pain ».
Unfortunately I have not yet found the original text to be able to compare.

Toux pernicieuse

Comme le texte du manuscrit semble être un mélange joyeux des mots grecs, latins et autres, découpés souvent en petits morceaux, l’automatisation de la lecture parait difficile, surtout pour ceux qui, comme moi, n’ont pas des grandes connaissances en programmation. Nous sommes obligés d’examiner ligne par ligne et mot par mot, sans pouvoir prétendre que cette lecture pourrait s’appliquer aux mots des autres pages, semblables en apparence. Je continue donc à examiner le texte mot par mot par-ci par-là. Aujourd’hui c’est le tour d’un petit paragraphe de la page 115v commençant par la ligne 13, dont j’ai lu le premier mot en grec φθορωδης – nuisible, pernicieux, funeste.

Tous les mots de la ligne 13 peuvent être lus en grec et je les présente ci-dessous dans l’ordre EVA/Ruby – grec – traduction en sept groupes contenant un, deux ou trois « mots » originaux.

  1. Pchdarody/phtarotos – Φθορωδης – funeste, pernicieux
  2. Pcheed/phut rar – φυτρα – origine, nature
  3. Tcheody/besotos – βησσεται – expectoration
  4. Polched/pakit – παχυς – épais, coagulé
  5. Lpchdy/apeitos – απειθης – rigide ; απειθη – se débarrassait
  6. Tol rchees/ba reisis – βαρησις – accablement, oppression
  7. Cphor orair kol/phor orair ma – φορος ερμα – favorable à la cause, favorable à la charge : φωρος ερμα – détecteur de la cause

Cette lecture contient quelques approximations :

  1. Dans le mot 2 « r » finale est restée orpheline.
  2. J’ai lu la lettre « l » initiale du mot 5 comme ol=a pour éviter les deux consonnes.
  3. « cPh » du mot 7 était remplacé par « Pch »=ph=f
  4. Les trois « mots » du groupe 7 ont été réunis et redécoupés en deux mots.
  5. La lettre « k » du tout dernier « mot » avec une barre horizontale très haute est lue comme « m ».

Il ne nous reste qu’assembler ces mots en une phrase ayant un sens.

«La nature pernicieuse expectoration épaisse se débarrassait d’oppression (de poitrine ?) favorable à la charge (encombrement ?)» – c’est pas une phrase bien roulée, j’avoue. Il s’agit peut-être des expectorations qui soulagent la douleur ? J’ai trouvé une phrase semblable dans la traduction de Ch. V. Daremberg du PRONOSTIC 14 d’Hippocrate : «Toute expectoration qui ne calme pas la douleur est funeste».  Malheureusement je n’ai pas encore trouvé le texte original pour pouvoir comparer.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Word assembly

The text of the manuscript is said to have very short and very repetitive words. What if we try to put the short words together to form the longer words? Take the label on page 84v – otdy.dar.chdy.dar.oram.
obtundo
The first part made up of three « words » otdy.dar.chdy which I read as « obtus tar eitos » can be replaced by « obtu der itis »? Could it be a Latin word obtuderitis – II plural from the future perfect or perfect subjunctive of the verb obtundo (optundo)? This verb translates as to strike, to beat; to make blunt (sight, hearing, intelligence, minds); to deafen,to attenuate?

Assemblage des mots

Le texte du manuscrit est réputé avoir des mots très courts et très répétitifs. Et si nous essayons d‘assembler les mots courts pour former les mots plus longs ? Prenons l’étiquette de la page 84v – otdy.dar.chdy.dar.oram.
La première partie composée de trois « mots » otdy.dar.chdy que je lis comme « obtus tar eitos » peut être remplacée par « obtu der itis » ? Ce serait-il un mot latin obtuderitis – II pluriel du futur antérieur ou subjonctif parfait du verbe obtundo (optundo) ? Ce verbe se traduit par frapper, assommer ; émousser (la vue, l’ouïe, l’intelligence, les esprits), ennuyer, déranger ; épuiser, affaiblir, atténuer ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich