Archives de Tag: greek

Mandrake morion

mandragore Marco PonziExactly two years ago Marco Ponzi identified a plant on 89r2, in the « pharmacy » section as a mandrake, based on its great resemblance to the image of the 15th century herbarium Florence Riccardiana ms 2174.
The label to the left of the plant read korainy in EVA and I read it morainos.

morainw norainwThe word is apparently unique in the manuscript. A word on page 88v is considered his like, but the first letter is different.
The mandrake is called μωριος or μωριον (morion) by Dioscoride, Pliny and Matthiole of the verb μωραινω – to be fool, stupid or mad. In our case it can be μωραινεις – (you) makes crazy.

Mandragore de 89r2

Il y a deux ans exactement Marco Ponzi a identifié une plante de la section « pharmacie » 89r2 comme mandragore, en se basant sur sa grande ressemblance avec l’image de l’herbier du XV siècle Florence Riccardiana ms 2174.

L’étiquette à gauche de la plante se lit korainy en EVA et moi, je la lis morainos.
Le mot est apparemment unique dans le manuscrit. Un mot de la page 88v est considéré comme son semblable, mais la première lettre est différente.
La mandragore est appelée μωριος ou μωριον (morion) par Dioscoride, Pline et Matthiole du verbe μωραινω – être fou, stupide ou rendre fou. Dans notre cas ça peut être μωραινεις – (tu) rends fou.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Few words of 80r

The 1st line of the third paragraph (18th line of the page) is in EVA as follows:
«(1)Pcheolkal dal (2)korchy (3)qotey qoty (4)rchedy (5)qokal (6)olkolshedy (7)chty… »
page 80r ligne 18
I read it differently:
« (1)Pei(h)eolnal 8al (2)norei9 (3)dobe9 dob9 (4)reic89 (5)donal (6)olnolske89 (7)eib9…»

  1. The first word Πει(η,ch)α(ol)ναλ is unique in the manuscript, can be a proper name, such as Πηνειος, the Thessaly Peninsula’s River, as well as the god of this river? If we read the first letters as Ph = f, Φεαι = Φεια = Φεα – Phea or Pheas – small port of Elide quoted by Homer in the Odyssey. Or is it πειναλεον – hunger?
  2. The second word can be read as no(w)rei(h)a(as,os). According to Hesychius νωρεια = ενεργεια and ενεργεια has several meanings: activity, action, physiological function, performance, divine or supernatural action, magical operation, cosmic forces. Not easy to choose. In our case, nymphs in a river, are they cosmic forces, the influence of the stars? Or is it νορεια = νορρος = ανθος μηλινον λωτου – yellow lotus flower?
  3. I should read the words qotey qoty as dobe9 dob9, but I read them as dveia dva. I know, there is no logic, why not continue in Greek? I consider for the moment that whatever the language, Slavic, Sanskrit or other, these two words mean « two, twin, second » or something in this genre. The image of two pairs of nymphs does not contradict that.
  4. The word reic89 is found several times in the manuscript: once in the botanical part (26r), four times in the « bathy » part (80r, 82r, 82v, 83v) and four times in the folio « recipes » 113r and 113v. This can be ρειστος for ρευστος – what flows, for example the elapsed time or ρηστος, a contracted form of ρηιστος = sup. ραδιος – easy, practical, complacent, accommodating; what is more valid (talking about the sick); light, frivolous; unscrupulous.
  5. The word donal can come from the verb δονεω – to shake, to move, to disturb.
  6. The sixth word is long: olnolske89 – ανασκ(χ)ετ(θ)ο(η)ς. The three words exist: ανασκηθης – not free from defects; ανασκητος – not exercised, not prepared, ανασκητως – without preparation. But also ανασχετος – bearable, tolerable.
  7. The last word of the line eib9 – ειβεις of ειβω – to spread, to pour (tears) or ηβη – youth, vigor (of youth), youthful ardor; signs of puberty (hence virility organs).

The set would thus give « The hunger’s action double more easily and shake the failing vigor … »?

Quelques mots de 80r

La 1re ligne du troisième paragraphe (18me ligne de la page) se présente en EVA comme suit :
« (1) Pcheolkal dal (2) korchy (3) qotey qoty (4) rchedy (5) qokal (6) olkolshedy (7) chty… »
page 80r ligne 18
Je lis différemment :
« (1) Pei(h)eolnal 8al (2) norei9 (3) dobe9 dob9 (4) reic89 (5) donal (6) olnolske89 (7) eib9…»

  1. Le premier mot Πει(η,ch)α(ol)ναλ est unique dans le manuscrit, peut être un nom propre, comme Πηνειος, le Pénée – fleuve de Thessalie, ainsi que le dieu de ce fleuve ? Si nous lisons les premières lettres comme Ph=f, Φεαι= Φεια= Φεα – Phéa ou Phées – petit port d’Elide cité par Homère dans l’Odyssée. Ou bien il s’agit de πειναλεον – la faim ?
  2. Le 2me mot peut être lu comme no(w)rei(h)a(as,os). Selon Hésychius νωρεια=ενεργεια et ενεργεια a plusieurs significations : activité, action, fonction physiologique, performance, action divine ou surnaturelle, opération magique, forces cosmiques. Pas facile de choisir. Dans notre cas des nymphes dans un fleuve, s’agit-il des forces cosmiques, de l’influence des astres ? Ou bien il s’agit de νορεια = νоρρος = ανθος μηλινον λωτου – fleur de lotus jaune ?
  3. Je devrais lire les mots qotey qoty comme dobe9 dob9, mais je les lis comme dveia dva. Je sais, il n’y a pas de logique, pourquoi ne pas continuer en grec ? Je considère pour le moment que quelle que soit la langue, slave, sanscrit ou autre, ces deux mots signifient «deux, double, deuxième, par deux » ou quelque chose dans ce genre. L’image de deux couples des nymphes ne contredit pas cela.
  4. Le mot reic89 se rencontre plusieurs fois dans le manuscrit : une seule fois dans la partie botanique (26r), quatre fois dans la partie « balnéaire » (80r, 82r; 82v; 83v) et quatre fois sur le folio «recettes» 113r et 113v. Ça peut être ρειστος pour ρευστος – qui coule, par exemple le temps qui s’écoule ou bien ρηστος, une forme contractée de ρηιστος = sup. de ραδιος – facile, aisé, commode, complaisant, accommodant ; qui est plus valide (en parlant des malades) ; léger, frivole ; sans scrupules.
  5. Le mot donal peut provenir du verbe δονεω – secouer, agiter, mettre en mouvement, troubler.
  6. Le sixième mot est long : olnolske89 – ανασκ(χ)ετ(θ)ο(η)ς. Les trois mots existent : ανασκηθης – pas exempt de défaut ; ανασκητος – non exercé (à), non préparé, ανασκητως – sans préparation. Mais aussi ανασχετος – supportable, tolérable.
  7. Le dernier mot de ligne eib9 – ειβεις de ειβω – répandre, verser (les larmes) ou ηβη – jeunesse, vigueur (de la jeunesse), ardeur de la jeunesse ; signes de puberté (d’où organes de virilité).

L’ensemble donnerait donc « L’action de la faim double plus aisément et secoue la vigueur défaillante… » ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Two 33v words

To-teleutaion

to teleutaionThe last word of the first line of page 33v « dodl dain » has three letters 8, the second and third of which are slightly different from the first.
The part dodl is unique in the manuscript. Can we read this word as « totl tain » for το τελευταιον – finally, in the last place, for the last time?

accomplit finalementThe preceding word is ykedy, which I have proposed to read as ηνετος, of the verb ανυω -to effect, accomplish, complete.

Ηνετος το τελευταιον – accomplished finally?

89b989

phenomene de tevetAnother word that we have already seen on page 4r is dytydy EVA – 89b989 for Θηβηθε – of Thebes or τηβηθες – of the month of tevet?

This word appears in the transcription separated in three parts, so not easy to see his frequency.

89b989 εναργηματος – is it a phenomenon of the month of tevet or a Theban phenomenon*?


* I expressly omit André Thevet with his journeys stories (XVIs) and thebaine – one of the opium alkaloids (XIXs) whose name also comes from Thebes (Egypt), the capital of opium.

2 mots de 33v

To-teleutaion

Le dernier mot de la quatrième ligne de la page 33v « dodl dain » a trois lettres 8 dont la deuxième et la troisième sont légèrement différentes de la première. La première partie dodl est unique dans le manuscrit. Pouvons-nous lire ce mot comme « totl tain » pour το τελευταιον – à la fin, finalement, enfin ?

Le mot précèdent est ykedy, que j’ai proposé de lire comme ηνετος, du verbe ανυω –faire aboutir, d’où mener à terme, accomplir, achever. Ηνετος το τελευταιον – accompli à la fin ?

89b989

Un autre mot que nous avons déjà vu sur la page 4r dytydy EVA – 89b989 pour Θηβηθε de Thèbes ou τηβηθες – du mois de tevet ? Ce mot figure dans la transcription séparé en trois parties, donc pas facile de voir sa fréquence dans le manuscrit.

89b989 εναργηματος – s’agit-il d’un phénomène du mois de tevet ou bien d’un phénomène thébain *?


*J’omets expressément André Thevet avec ses récits des voyages (XVIs) et la thébaïne – nom d’un des alcaloïdes de l’opium (XIXs) dont le nom provient aussi de Thèbes (Egypte), la capitale de l’opium.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Word EVA shedy

The word EVA shedy appears about twenty times on the botanical pages, 6 times on the astronomical pages, once on the pharmacy jars page and the rest of 427* occurrences is shared between the bathing pages and recipes. This word is obviously related to the themes of the bathing pages.
We can read this word as σ(ζ)κ(γ,χ)ε(ι)θ(τ)ος(η) which leads us to the Greek word σχεθεις -the past participle of the verb σχεθω or εχω – lead, direct, have (measures), take, retain, stop, possess, have, occupy (a position), look upon as, endure, follow closely, renounce, in short, more than two pages in fine print in Bailly. LSJ gives hold, have, get, hold back, keep away.
But that’s not all, just read the 8 as « d » to enter the field of grammar textbook terms: σχεδη, σχεδος – grammatical analysis, a grammar teaching text, lesson, note , page of papyrus, enigma, riddle. Also exists in Latin: scheda with schedis-dative or ablative of the plural and accusative schedas of the plural.
This word gave the term schedography, σχεδογραφία – the art of preparing the σχεδη, texts – grammar exercises used in Byzantium schools in XI century.**
Should we stop at the Greek translation or is it time to associate other languages?
In Slavic languages ​​the word sheta, шета – walk, šetati, шетати – to walk. Shetis is also in Albanian.

It is not easy to choose immediately the meaning of our shedy between the verb hold, the grammatical analysis and the walk.

• The word σχεθω has the advantage of being repeated several times on the same page with different meanings.
• Σχεδος with the sense of the exercise of a (young) student would explain the childlike character of the drawings of the nymphs.
• I am not sure that the word σχεδος itself is often used in the exercise book, perhaps it is necessary to bring together the two previous propositions: σχεθω repeated several times, but with different meanings, on the same page an exercise book of a (young) student.
• Walking, traveling is well suited to Dante’s journey, soul travel, walk of stars and planets. It is easy to understand the absence of this term on the botanical pages.


*Voynich Query Processor
**Robert Henry Robins-The Byzantine Grammarians: Their Place in History-Walter de Gruyter, 1993 – 278 pages

Mot EVA shedy

Le mot EVA shedy  apparait une vingtaine des fois sur les pages botaniques, 6 fois sur les pages astronomiques, une fois sur la page des pots de pharmacie et le reste de 427* occurrences est partagé entre les pages balnéaires et des recettes. Ce mot est visiblement lié aux thèmes des pages balnéaires.
Nous pouvons lire ce mot comme σ(ζ)κ(γ,χ)ε(ι)θ(τ)ος(η) ce qui nous mène vers le mot grec σχεθεις –participe passé du verbe σχεθω ou εχω – porter, conduire, diriger, avoir (les mesures), saisir, prendre, retenir, arrêter, posséder, avoir, occuper (un poste), regarder comme, supporter, suivre de près, renoncer, bref, plus de deux pages en petits caractères dans Bailly.
Mais ce n’est pas tout, il suffit de lire le 8 comme «d» pour entrer dans le domaine des termes des manuels de la grammaire : σχεδη, σχεδος – analyse grammaticale, un texte d’enseignement de la grammaire, leçon, note, page de papyrus, énigme, devinette. Existe aussi en latin : scheda avec schedis –datif ou ablatif du pluriel et schedas accusative du pluriel.
Ce mot a donné le terme schedographie, σχεδογραφία – l’art de préparer les σχεδη, les textes –exercices de grammaire utilisés dans les écoles de Byzance dans XI siècle.**
Devons-nous nous arrêter à la traduction grecque ou bien il est temps d’associer d’autres langues ?
Dans les langues slaves le mot sheta, шета – promenade, šеtati, шетати – se promener. Shêtis est passé aussi dans l’albanais.

Il n’est pas facile de choisir tout de suite la signification de nos shedy entre le verbe prendre, l’analyse grammaticale et la promenade.

  • Le mot σχεθω a l’avantage de pouvoir être répété plusieurs fois sur la même page avec des sens différents.
  • Σχεδος avec le sens de l’exercice d’un (jeune) étudiant expliquerait le caractère enfantin des dessins des nymphes.
  • Je ne suis pas sûre que le mot σχεδος lui-même soit utilisé souvent dans le cahier des exercices, peut-être qu’il faut réunir les deux propositions précédentes : σχεθω répété plusieurs fois, mais avec des sens différents, sur la même page d’un cahier d’exercice d’un (jeune) étudiant.
  • Marche, promenade, voyage convient bien au voyage de Dante, voyage des âmes, promenade des astres et des planètes. Il est facile de comprendre l’absence de ce terme sur les pages botaniques.

*Voynich Query Processor
**Robert Henry Robins-The Byzantine Grammarians: Their Place in History-Walter de Gruyter, 1993 – 278 pages

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Some 84r labels

A few days ago Koen published an idea about page 84r trying to interpret the two out of three images, ignoring the image with labels. For me the temptation is too great not to try to decrypt the labels.
The image not treated by Koen is the one at the top of the page, representing a reservoir of green water fed by the blue water of clouds (?) in which twelve nymphs wade, the all accompanied by eight labels.

84r_top

I may not be able to read all eight labels today, but I still publish those that seem readable to me.

ololaThe first label (from left to right) reads ololol, there is an error in the transcription, so this word is poorly listed by Voynich Query Processor. The third « l » is visibly different from the first two. I read this word as ολωλα from the verb ὄλλυμι – to perish, to die of a violent death.

cauchemarThe second label consists of two parts: upper « or shekar » and lower « 989 ».
I read the first part as orskonar or it is ορσε onar – who disturbs dreams? Ορσε from the verb ορνυμι – to rise, to excite, to disturb. 989 may very well be ηθος – residence, dwelling, den; character, custom; morals. Can both mean « nightmare’s abode »?

onetes laosThe third label is okedy (118) lol9. Here again is an error in the transcription: VQP gives oloy. I read one89 lol9 – ωνητος λαος – venal, corruptible people.

I hope this reading can help Voynich fans find the explanation of the images.

Quelques étiquettes de 84r

Il y a quelques jours Koen a publié un post à propos de la page 84r en essayant d’interpréter les deux images sur trois, en ignorant l’image accompagnée d’étiquettes. Pour moi la tentation est trop grande pour ne pas y succomber et ne pas tenter de décrypter les étiquettes.

L’image non traitée par Koen est celle du haut de la page, représentant un réservoir d’eau verte alimenté par l’eau bleue des nuages ( ?) dans lequel barbotent douze nymphes, le tout accompagné par huit étiquettes.

84r_top

Je ne pourrais peut-être pas lire aujourd’hui toutes les huit étiquettes, mais je publie quand même celles qui me paraissent lisibles.

ololaLa première étiquette (de gauche à droite) se lit ololol, il y a une erreur dans la transcription, du coup ce mot est mal répertorié par Voynich Query Processor. La troisième « l » est visiblement différente de deux premières. Je lis ce mot comme ολωλα du verbe ὄλλυμι – périr, mourir d’une mort violente.

cauchemarLa deuxième étiquette est formée de deux parties : supérieure « or shekar » et inférieure « 989 ». Je lis la première partie comme orskonar ou bien c’est ορσε onar – qui agite les rêves ? Ορσε du verbe ορνυμι – (se) lever, exciter, perturber. 989 peut très bien être ηθος – résidence, demeure, repaire ; caractère, coutume ; mœurs. Les deux peuvent signifier « demeure des cauchemars » ?

onetes laosLa troisième étiquette okedy (118) lol9. Là encore il y a une erreur dans la transcription : VQP donne oloy. Je lis one89 lol9 – ωνητος λαος – peuple vénal, corruptible.

J’espère que cette lecture pourra aider les fans de Voynich à trouver l’explication des images.

 

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Dionysus of 67r2

Page 67r2 has several writings made with red ink. I can’t find references to the comments made by one or the other, I only retain the opinion that red was used to emphasize the importance of writing.
There are 12 groups of words placed in a circle and a line of 9 words at the bottom of the page, can be a sentence.
DionusosI read 4i9nic9, the 3rd word of the lower line, qeykeey EVA, unique in the manuscript, as διηνισος for Διενυσος = Διονυσος – Dionysus.
The page speaks about astronomy/astrology, the name of Dionysus may well find a place. In the book of Aratus, for example, Dionysus is mentioned about the constellation Corona Borealis.

Dionysos de 67r2

La page 67r2 a plusieurs écrits faits avec de l’encre rouge. Je ne retrouve plus des références des commentaires faits par les uns et par les autres, je ne retiens que l’opinion que le rouge était utilisé pour souligner l’importance des écrits.
Il y a 12 groupes de mots placés en cercle et une ligne de 9 mots en bas de la page, peut être une phrase.
DionusosJe lis 4i9nic9, le 3me mot de la ligne du bas, qeykeey EVA, unique dans le manuscrit, comme διηνισος pour Διενυσος= Διονυσος – Dionysos.
La page parle de l’astronomie/astrologie, le nom de Dionysos peut bien y trouver une place. Dans le livre d’Aratus, par exemple, Dionysos est mentionné à propos de la constellation de la Couronne Boréale.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Jupiter and Moon on 75v

We still have to translate the labels of Jupiter and Moon on page 75v. The label of Jupiter, the third to the right, reads 8d89 dobe8. There are only two Greek words that are close to the dobe8 (qoted EVA, 4 times in the manuscript); δαβη – subjunctive of the verb δαιω, to burn and δαβελος = δαϝελος = δαλος – thunderbolt (among others). So our label « … one who can burn you (by thunderbolt?) » or « … of thunderbolt  » is synonymous with Jupiter Fulgurator?
As for the Moon, 8al89 8alsi8, I do not have a bright idea (σελας) for the moment, unless shd EVA (7 times) is a contraction like σε(ληνε) θ(εος) or something like that ?

Jupiter et Lune de 75v

Il nous reste à traduire les étiquettes de Jupiter et de Lune e la page 75v. L’étiquette de Jupiter, la troixième à droite, se lit 8al89 dobe8. Il n’y a que deux mots grecs qui sont proches du dobe8 (qoted EVA, 4 fois dans le manuscrit) ; δαβη – subjonctif du verbe δαιω, brûler et δαβελος = δαϝελος = δαλος – foudre (entre autres). Donc notre étiquette « …Celui qui peut vous brûler (par la foudre ?) » ou « …de la foudre » est synonyme de Jupiter Fulgurator ?
En ce qui concerne la Lune, 8al89 8alsi8, je n’ai pas pour le moment d’idée lumineuse (σελας), sauf si shd EVA (7 fois) est une contraction comme σε(ληνε) θ(εος) ou quelque chose dans ce genre ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Aphrodite Zonaia

In seeking the synonyms of the central fire of the Pythagoreans, I came across the book by Armand Delatte*, where he examines the epithets given by Nicomachus of Gerase (50-120) to the divinities he associates with numbers. Aphrodite is associated with the number 5 and receives several epithets including Ζωναια, which Delatte relates to the field of marriage, of which Aphrodite is the protectress.
I have already made proposals to read the label Venus mirror 82r,
ZonaiaSokoly EVA, unique in the manuscript, as based on ζωνη – belt. Today it is no longer a proposition or a supposition, it is a certainty, it is the word Ζωναια, the epithet given by Nicomachus to Aphrodite.
The work of Nicomachus is part of the Bibliotheca of Photius (Patriarch of Constantinople between 858 and 886), so he was well known to be used by our author.
While this does not immediately explain all the text, it is nice to see that some of my EVA corrections are validated.


*Delatte Armand – Études sur la littérature pythagoricienne –  Bibliothèque de l’École des Hautes-Etudes. Sciences historiques et philologiques. 217e fasc. Paris, Ed. Champion, 1915. ln-8°, 314 p.

Aphrodite Zonaia

En cherchant les synonymes du Feu Central des pythagoriciens, je suis tombée sur le livre d’Armand Delatte*, où il examine les épithètes données par Nicomaque de Gérase (50-120)  aux divinités qu’il associe aux nombres. Aphrodite est associée au nombre 5 et reçoit plusieurs épithètes dont Ζωναια, que Delatte relie avec le domaine de mariage, dont Aphrodite est la protectrice.
ZonaiaJ’ai déjà fait des propositions de lecture de l’étiquette de Vénus au mirroir de 82r, Sokoly EVA, unique dans le manuscrit, se basant sur ζωνη – ceinture. Aujourd’hui ce n’est plus une proposition ou supposition, c’est une certitude, il s’agit bien du mot Ζωναια, l’épithète donné par Nicomaque à Aphrodite.
L’œuvre de Nicomaque fait partie de la Bibliothèque de Photius (patriarche de Constantinople entre 858 et 886) , donc était suffisamment connue pour être utilisée par notre auteur.
Certes, cela n’explique pas tout de suite tout le texte, mais ça fait plaisir de voir que certaines de mes corrections de l’alphabet EVA trouvent leur validation.


*Delatte Armand – Études sur la littérature pythagoricienne –  Bibliothèque de l’École des Hautes-Etudes. Sciences historiques et philologiques. 217e fasc. Paris, Ed. Champion, 1915. ln-8°, 314 p.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Watchtower of Zeus

The first label on the left could refer to the Counter-Earth, but nothing in its text helps us to go in that direction. On the other hand the letter « Z » of the second word reminds me more of Zeus/Jupiter. The name Zeus/Jupiter or its epithets is theoretically applied to two spheres/orbits/zones/axes: the planet Jupiter – Διος αστηρ and the Central Fire which was named Διος φυλακην/θρονον/οικον – guard/trone/domicile of Zeus, but also Ζανος πυργον – the guard tower of Zeus. Since the planet Jupiter label is the third on the right, I suppose the first label is about Central Fire.
The second word of the label reads zaral, unless the letter « r » is to be read as « n »?
75v_r_n
Let’s look at the letter « r » in the labels: out of six occurrences four have a well straight leg, one has a curved leg and one has a not-too-clear leg, but I still read it as « r ».
I propose to read the word as Zanal (Zanou) and consider that it is Ζανος, genitive of Ζαν, Zeus.
The first word can be read onsi9 or onsk9 for ανσχος? This word most probably refers to the word ανσχεο of the verb ανεχω – to lift, to bring straight, to stand still, to support, to hold back, to stop; to show oneself, to appear; to rise, to arise, to grant, to attribute. Why am I less and less surprised by the alarming number of meanings that the same word can have in ancient Greek? I understand better why there are so many comments and commentators of Greek authors, if each word and sentence can be interpreted differently. The question is if this word can be synonymous with φυλακην/θρονον/οικον/πυργον? I think that πυργον is quite suitable, it is the tower that stands, that rises. Or is it the synonym of οικον, the domain attributed to Zan/Zeus?

Tour de garde de Zeus

La toute première étiquette à gauche pourrait désigner l’Anti-Terre, mais rien dans son texte ne nous aide pour aller dans cette direction. Par contre la lettre « Z » du deuxième mot me fait penser plutôt à Zeus/Jupiter. Le nom de Zeus/Jupiter ou ses épithètes s’appliquent, en théorie, à deux sphères/orbites/zones/axes : la planète Jupiter – Διος αστηρ et le Feu Central qui était nommé Διος φυλακην/θρονον/οικον – garde/trône/demeure de Zeus, mais aussi Ζανος πυργον – la tour de garde de Zeus. Comme l’étiquette de la planète Jupiter est la troisième à droite, je suppose donc que la première étiquette concerne le Feu Central.
Le second mot de l’étiquette se lit zaral, à moins que la lettre « r » doit être lue comme «n» ?
Examinons les lettre «r» des étiquettes : sur six occurrences quatre ont la jambe bien tendue, une a la jambe courbée et une a la jambe pas trop claire, mais que j’ai lu quand même comme «r».
Je propose de lire le mot comme Zanal (Zanou) et considérer qu’il s’agit de Ζανος, génitif de Ζαν, Zeus.
Le premier mot peut se lire onsi9 ou onsk9 pour ανσχος ? Ce mot se rapporte très probablement au mot ανσχεο du verbe ανεχω – lever, porter droit, se dresser immobile, soutenir, retenir, arrêter ; se montrer, apparaître ; s’élever, surgir, accorder, attribuer. Pourquoi je m’étonne de moins en moins du nombre effarant des significations que peut avoir un même mot en grec ancien ? Je comprends mieux pourquoi il existe autant des commentaires et des commentateurs des auteurs grecs si chaque mot et chaque phrase peuvent être interprétés différemment. La question est si ce mot peut être synonyme de φυλακην/θρονον/οικον/πυργον ? Je crois que πυργον convient assez bien, c’est la tour qui se dresse, qui s’élève. Ou bien c’est le synonyme de οικον, le domaine attribué à Zan/Zeus ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Venus Noctifer

In translating Τλη-ωρος as « the one who brings the night », Venus, I did not know that this name actually existed. The Latin poet of the 1st century BC J.C. Catullus calls Venus Noctifer*.
F. Cumont** reminds us that Venus bore very different names in different countries. According to him, Bar Bahlul, in his Lexicon syriacum would give no less than sixteen names of Venus **. (You can check it if you read Arabic or Syriac.)
I think we need more knowledge of old languages to translate the VM. Maybe the followers of theories of origin Arab, Hebrew, Syriac and other Nahuatl could help provide the lexicon of astronomy/astrology to accelerate the search?


*Cited by Roscher W. H.  – Ausführliches lexikon der griechischen und römischen mythologie – Leipzig, 1884—1890.
**Cumont Franz – Le nom des planètes et l’astrolatrie chez les Grecs. In: L’antiquité classique, Tome 4, fasc. 1, 1935. pp. 5-43.

Vénus Noctifer

En traduisant Τλη-ωρος comme, « celle qui apporte la nuit », Vénus, je ne savais pas que ce nom existait bel et bien. Le poète latin du I sciècle av. J.C. Catulle appèle Vénus Noctifer*.
F. Cumont** rappèle que Vénus portait dans les différents pays les noms très divers. Selon lui, Bar Bahlul, dans son Lexicon syriacum donnerait pas moins de seize noms de Vénus**. (Vous pouvez le vérifier si vous lisez l’arabe ou syriaque.)
Je crois que nous avons besoin de plus de connaissances des anciennes langues pour pouvoir traduire le VM. Peut être que les adeptes des théories de provenance arabe, hébraïque, syriaque et autre nahuatl pourraient aider à fournir le lexique de l’astronomie/astrologie pour pouvoir accélérer la recherche ?


*Cité par Roscher W. H.  – Ausführliches lexikon der griechischen und römischen mythologie – Leipzig, 1884—1890.
**Cumont Franz – Le nom des planètes et l’astrolatrie chez les Grecs. In: L’antiquité classique, Tome 4, fasc. 1, 1935. pp. 5-43.

3 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich