Archives de Tag: reincarnation

Plato, Cicero, or Zoroaster?

In trying to identify the various objects held by some nymphs, Koen named the spindle of Ananke or his daughter Clotho and cited the Myth of Er of Plato, without however venturing further.
In addition a word-label on page 82r ζωναιως clearly indicates a parallel between the image and Neoplatonism*.
The image of 82r, divided into three parts, may well represent the myth of Plato’s Er**, or the myth of Scipio of Cicero***.

The hero of our history, Er (dead) or Scipio (asleep), the only human on this page (because clothed, wrapped in a green shroud) is in the upper, blue, world where he witnesses the reincarnation of souls.
LatoneOn the image of the middle of the page the nymph of the left, with the short blue veil, tramples an arrow oriented towards the terrestrial world. The end of the arrow is not straight, is it a flame?
This nymph may be the Soul of the world or Hecate. But I am inclined to « … the sweet Latona with the azure veil » ****, the titanide who presides with Hera to the births of humans and she is the only one to be able to confront his son Apollo who tends to launch his flaming arrows  . « Latone alone stays with the king of lightning. She releases the rope, closes the quiver, with her hands she takes off the bow of Apollo’s strong shoulders and hangs it by an ankle to her father’s column. »*****

For the other two parts of the image we follow Plato’s text:
ouvertures entre les mondesAfter death the souls are found in a divine place, where they await their judgment. So the image at the bottom of the page is not a pool but a meadow, a divine place.
The celestial world communicates with the prairie by two openings, marked on the image « terra » and « terrarum ».
« … in the ground two openings located side by side … ». Are there side tubes? They are not side by side. They can be two tubes barely visible because of the green color overflowing, with the two nymphs gymnasts (the judges?).
fuseauWe arrive at the image of the top of the page: after seven days the souls go to a place where « … a light as straight as a column, very similar to the rainbow … in the middle of the light … The extremities of the fastenings of heaven, like those frames which gird the sides of triremes, it maintains the assemblage of all that it entails in its revolution.”

Next comes the description of the spindle of Necessity: the eight spheres nested, their widths, their colors and their speeds.
MoiresThe eight Sirens seated on the spheres of the spindle, each singing a single note, accompanied by the Moirai, their head crowned with strips, Lachesis, Clotho and Atropos. One of the Moires is shown in the image at the bottom of the page, probably Clotho, the Spinner, holding a small spindle.
Are the two top nymphs Lachesis and Atropos?

In conclusion, if the content of the text of the page corresponds to the meaning of the image we can hope to find at least a part in the works of the neo-Platonists, in Greek or Latin and with the translation in addition.

Farewell the calculation of suffixes and prefixes! To us Proclus, Psellos and other Ficin and Macrobe!
Exit the baths of Pozzuoli! We should rather seek the names of the Sirens singing sitting on the celestial spheres!


*Helmut Seng, « A Sacred Book of Late Antiquity: The Chaldaic Oracles »
**Platon, Le mythe d’Er le Pamphylien, remacle.org
***Cicero, The Dream of Scipio
****Hesiode, La théogonie – remacle.org
*****Homere, Hymnes, Hymne 1, A Appolon –remacle.org

Platon, Cicéron ou Zoroastre ?

En cherchant à identifier les différents objets tenus par certaines nymphes, Koen a nommé le fuseau d’Ananké ou de sa fille Clotho et a cité le Mythe d’Er de Platon, sans toutefois s’aventurer davantage.
En plus un mot-étiquette de la page 82r ζωναιως indique clairement une parallèle entre l’image et le néoplatonisme*.
L’image de 82r, divisée en trois parties, peut bien représenter le mythe d’Er** de Platon ou le mythe de Scipion de Cicéron.***

Le héros de notre histoire, Er (mort) ou Scipion (endormi), le seul humain de cette page (parce que vêtu, enveloppé d’un linceul vert) se trouve dans le monde supérieur, bleu où il est témoin de la réincarnation des âmes.
Sur l’image du mileu de la page la nymphe de gauche, au court voile bleu, piétine une flèche orientée vers le monde terrestre. Le bout de la flèche n’est pas droit, est-ce une flamme ?
Cette nymphe peut être l’Ame du monde ou Hécate. Mais je penche pour « …la douce Latone au voile d’azur »**** la titanide qui préside avec Héra aux naissances des hommes et qui est la seule à pouvoir affronter son fils Apollon qui a tendance à lancer ses traits enflammés sans discernement. « Latone seule reste aux côtés du roi de la foudre. Elle relâche la corde, elle ferme le carquois, de ses mains elle enlève l’arc des fortes épaules d’Apollon et le suspend par une cheville à la colonne de son père. »*****
Pour les deux autres parties de l’image suivons le texte de Platon :
Après la mort les âmes se retrouvent dans un lieu divin, où elles attendent leur jugement. Donc l’image du bas de la page n’est pas une piscine mais une prairie, un lieu divin.
Le monde céleste communique avec la prairie par deux ouvertures, marquées sur l’image «terra» et «terrarum».
« …dans la terre deux ouvertures situées côte à côte… ». S-agit-il des tubes latéraux ? Ils ne sont pas côte-à-côte. Il peut s’agir de deux tubes à peine visibles à cause de la couleur verte débordante, avec les deux nymphes gymnastes (les juges ?).
Nous arrivons à l’image du haut de la page : après sept jours les âmes se rendent dans un lieu où « …une lumière droite comme une colonne, fort semblable à l’arc-en-ciel, … au milieu de la lumière …les extrémités des attaches du ciel … comme ces armatures qui ceignent les flancs des trières, elle maintient l’assemblage de tout ce qu’il entraîne dans sa révolution… ».
Ensuite vient la description du fuseau de la Nécessité : les huit sphères emboîtées, leurs largeurs, leurs couleurs et leurs vitesses.
Les huit Sirènes assises sur les sphères du fuseau, chantent chacune une seule note, accompagnées des Moires, la tête couronnée de bandelettes, Lachésis, Clotho et Atropos. L’une des Moires est présentée dans l’image du bas de la page, probablement Clotho, la Fileuse, tenant un petit fuseau.
Est-ce que les deux nymphes du haut sont Lachésis et Atropos ?

En conclusion, si le contenu du texte de la page correspond au sens de l’image nous pouvons espérer de trouver au moins une partie dans les œuvres des néo-platoniciens, en grec ou en latin et avec la traduction en plus.

Adieu le calcul des suffixes et des préfixes ! A nous Proclus, Psellos et autre Ficin et Macrobe !

Exit les bains de Pozzuoli ! Nous devons plutôt chercher les noms des Sirènes chantant assises sur les sphères célestes !


*Helmut Seng, « A Sacred Book of Late Antiquity: The Chaldaic Oracles »
**Platon, Le mythe d’Er le Pamphylien, remacle.org
***Cicéron, Le songe de Scipion
****Hesiode, La théogonie – remacle.org
*****Homere, Hymnes, Hymne 1, A Appolon –remacle.org

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich