Aldébaran

En feuilletant mes anciennes notes, j’ai retrouvé mon commentaire sur le site de Nick Pelling, suite à sa critique de l’article de Stephen Bax. Effectivement S.Bax a publié en 2014 un article de 62 pages, en proposant la traduction de 10 mots. Dans mon commentaire je soutenais que le mot « doary » (EVA) de 68r peut bien désigner Taurus. Pour ne pas perdre mes réflexions je les publie aujourd’hui : mieux vaut tard que jamais.

aldebaran alkione taurosSur la page 68r 3 un groupe de sept étoiles a déjà été identifié depuis longtemps comme Les Pléiades, Les Sept Sœurs. Les deux mots à côté peuvent se lire comme «toaros» pour «ταυροϛ» et «oalkiol» pour «αλκυονη».

La grosse étoile à gauche des Pléiades serait bien sûr Aldébaran, sauf que le nom «tkoltaos» ne me disait rien du tout.

Toutefois, en se rappelant qu’Aldébaran est un mot arabe qui signifie «celui qui suit (Les Pléiades)», on peut trouver sa correspondance en grec. En cherchant dans Bailly et LSJ j’ai trouvé que ce nom serait «(τ)ακολουθοσ », avec deux voyelles en plus que notre mot.
A l’évidence ces trois mots sont écrit en grec ou en une langue très proche du grec, et même s’ils n’ont pas l’exactitude des dicos modernes, je suis persuadée que la correspondance est correcte.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Il est nécessaire à présent…

J’ai déjà fait quelques propositions pour les mots de la page 1v, dont «νουνεχῶς» – prudemment, pour le deuxième mot de la ligne 4 du paragraphe B.noussou
Le mot qui précède (okolshol en EVA) peut se lire o noussou, o noushou, o nouskou, ou bien o nousou tout simplement ?

Νουσου– (de la) maladie.
Toutefois je n’abandonne pas mes tentatives à trouver des correspondances en vieux slovène. Les deux mots pourraient se lire comme « o нoужoу нoунеча» ?
Нoужу – нoужа – la nécessité ; Нoунеча – нoунечи – maintenant, à présent.
« …(avoir) la nécessité à présent… » ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Carotte de 37r

carotte 37rLa page 37r a trois paragraphes de texte et le dessin d’une plante identifiée comme :

  • menthe sylvestre (Mentha longifolia) par E. Sherwood ;
  • digitale pourpre (Digitalis purpurea) par E. Sherwood ;
  • épinard-fraise (Chenopodium capitatum) par E. Velinska.

Les deux premiers mots du troisième paragraphe peuvent se lire comme « nom c(h)oro89 » pour « nom carota » – nommé carotte ?
Le mot est unique dans le manuscrit.
Malheureusement, la plante présentée n’a aucune similitude avec la carotte.

Ou bien c’est καρωδης, καρωδως – qui cause de la torpeur, en léthargie.
La digitale, par exemple, est citée dans le « Dictionnaire oeconomique… »* parmi les plantes « céphaliques… qui conviennent aux maladies de la tête ou du cerveau, comme à la léthargie, à l’apoplexie… ».

* Noël Chomel, J. Marret, Pierre Roger – Dictionnaire oeconomique, contenant divers moyens d’augmenter son bien, et de conserver sa santé- H.Thomas, 1741

1 commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Une once de la page 41v

Les deux premiers mots de l’avant dernière ligne de la page 41v « ykeey okey » en EVA  – 9nu9 onc9 – unija onca – une once ?

Ces mots se rencontrent souvent dans le manuscrit : unija – 58 fois, onca – 64 fois.

une onceIl est est vrai que là je lis les trois « 9 » de deux façons différentes, mais en regardant attentivement le texte, on peut se convaincre qu’il s’agit bel et bien de deux lettres différentes, les deux terminales sont semblables et différentes de la première.

4 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Mot « explication »

ob'jasnjatalSur la page 88r j’ai lu le mot  ob9sn98al (ofyskydal en EVA) comme « ob’jasnatal », comme venant d’un verbe slave « ob’jasnjat’  » – « expliquer ». Selon Voynich Query Processor ce mot est unique dans le manuscrit.

Toutefois sur la page 41v il y a un mot qui, à mon avis, est tout à fait semblable : ebecnei89 (cfhekchdy en EVA) et qui parait à son tour unique.

Il est possible que ce sont les différentes façons d’écrire le même mot : « Explication ».

1 commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Paris oculus

signaturis plantarumEn cherchant les images des plantes avec des insectes, je suis tombée sur la page d’images du livre « Aporema botanicon, de signaturis plantarum » de Wolfgang Ambrosius Fabricius.

Une image a attiré mon attention : Le Grand Paris – oculus.

Paris oculus

Et le mot « o am oaroksa » de la page 5r du VM m’est venu toute de suite à l’esprit.
Ce mot peut être composé de oma et (a)roksa. En grec oμμα = l’œil, αραξα = une plante fabuleuse qui pousse au bord du fleuve Arax ? Mais je prefère le mot ρωξ (ραξ) – baie (raisin). Ensemble ça formerait « la baie – l’oeil », la baie qui guérit l’oeil.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Herbe aux poux de Porta

Della Porta Phytognomonica plante insecteLe dernier mot de la seconde ligne de la page 5v peut se lire comme « 9eiport9 « – pour « ?? Porta » ? Comme Giovanni Battista Della Porta, l’auteur de « Phytognomonica » ?

Apparemment le mot Porta ne se répète pas dans le manuscrit, sauf si j’utilise mal la fonction recherche de Voynich Query Processor.

Je n’ai pas trouvé pour le moment de livre assez lisible, donc je mets l’image où l’on peut à peine distinguer le dessin.

Il est vrai que la plante est différente de celle présentée dans VM. Peut-être que l’auteur voulais citer la théorie de Porta pour justifier sa propre présentation ?

 

P.S. J’ai trouvé un autre site d’exploration du texte du VM : Voynich Explorer et bien, le mot Porta (Pordg ou Pordy en EVA) ne se rencontre que sur cette page.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich