Page 67r2

noms-planetes-67r2La page 67r2 a un dessin circulaire assez complexe, vous pouvez trouver une description sur le site de R. Zandbergen. Je veux examiner pour le moment les sept mots placés en rond juste au-dessus de certaines « lunes ». En commençant par la ligne pointillée partant de l’étoile du centre et dans le sens horaire, ce sont :

  1. 8olchso89
  2. onal
  3. onaij a89
  4. opchol89
  5. obar ocol8aj
  6. 9voam
  7. 9bain.

Un mot commence par 8, quatre par o et deux mots commencent par 9.
Est-ce que la première lettre de chaque mot présente un article grec  : τ(ο), ο et η ?

1er mot

Le premier mot pourrait être ol(u)ks(r)otos. R. Teague a vu une analogie avec le mot de 68r3, où j’ai proposé « takoloutos », en lisant « ol » comme « a ». Si je fais la même chose pour notre premier mot, il pourrait se lire comme « ακροτης » – l’extrémité, le plus haut point, la supériorité ou « ακρωτης »– chef d’armée, au pluriel l’élite de l’armée (Bailly). Selon Dvoretskij « ακρωτης » est aussi le synonyme de αγρετης –guide, chef, leader. Αγρετης – titre Apollon de Chios (LSJ). Αγροτης – campagnard, chasseur, αγροτις – nymphe.
Apollon correspondrait bien à l’idée que les sept mots représentent les noms de sept planètes, bien qu’il n’est pas très claire de quelle planète s’agit-il exactement, puisque en dehors du Soleil le Mercure  aussi était consacré à Apollon. Je ne vais pas me presser à tirer des conclusions avant d’examiner les autres mots.

2ème mot

Le mot suivant est o nal.
Le seul mot qui lui ressemble que j’ai trouvé est νε-αλες – qui est dans la force de croissance frais, non encore fatigué. Utilisé aussi pour désigner les troupes fraîches ou bien les nouvelles recrues non expérimentées.

3ème mot

Le troisième mot est o na(e)in(w) a(e)89.

Si nous lisons les deux parties séparément, la première fait penser soit au mot ναυς – navire (datif – ναι , accusatif –ναυν), soit aux verbes nager – νεω (infinitif –νειν) ou couler – ναω. Il y a aussi ναιω – demeurer, habiter.
La deuxième partie peut être Αθος=ηθος=εθος-coutume, habitude ; ηθος – résidence, demeure, région où le soleil se lève (Bailly), mais aussi Αθως-mont Athos. Ou bien ατος= αατος – insatiable, aussi αατος = αητος= αετος – aigle ou monstre.
L’ensemble donnerait un navire aigle ? Ou bien un navire d’Orient ? Celui qui habite la région où se lève le Soleil ?

Si nous lisons les deux mots ensemble ça peut donner quelque chose comme νωντας – participe de ναω. LSJ nous envoie à cette occasion vers αεναως – qui coule toujours, intarissable, perpétuel, éternel.

4ème mot

Si nous lisons les lettres «pch» du 4ème mot «opchol89» comme «f» et «ol» comme «a» pour être en harmonie avec le tout 1er mot, notre mot peut se lire comme φατος –indicible, indescriptible, ineffable, célèbre, remarquable ou avoir un tout autre sens – tué, mort. Un mot semblable, φαττος , désigne le pigeon ramier Columba palumbus.
Réjouie par le mot «colombe», symbole d’Aphrodite/Vénus, j’ai failli oublier le mot φατις qui a plusieurs sens : bruit, rumeur ; renommée ; parole, discours, oracle, augure ; langue, idiome.

5ème mot

Le 5ème mot a deux parties aussi : «o bar ocol8an». la première partie peut être βαρος – poids, charge ; oppression ; lourdeur, torpeur : abondance ; influence, gravité, dignité de caractère. Βαρυς – pesant, lourd ; intolérable ; fort, puissant, redoutable ; alourdi, appesanti ; (les soldats) lourdement armés.
La 2ème partie σαττω – équiper, armer ; remplir ?
Les deux parties donneraient « lourdement armé » ?
Ce qui me gêne, c’est la première lettre que j’ai choisi de lire comme « b » dans les mots latins ou slaves, en supposant qu’elle ne doit pas se rencontrer dans les mots grecs. En latin il existe le mot barrus pour désigner l’éléphant (très lourd). S’agit-il d’un mot latin, désignant les éléphants armés ?

6ème mot

Le 6ème mot « 9 voam(un) » peut signifier νουν de νοος-esprit, intelligence ou bien ναμα – ce qui coule, courant d’eau, source, ruisseau ?

7ème mot

Le septième et le dernier mot « 9bain » peut provenir du verbe βαινω – marcher, venir, arriver, s’en aller, faire aller. Ou bien c’est ηβαω – être dans la fleur de la jeunesse ; dans toute sa force ; être frais, vigoureux ?

Ce qui reste c’est de trouver un sens à tous ces mots : forment-ils une phrase ou bien présentent-ils une liste des noms, comme les noms des planètes ou de toutes autres choses ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Comète de 68r1

La page 68r a trois volets. Le 1er volet a 3 lignes et demie de texte au début de la page, suivies de dessin d’une trentaine d’étoiles, ainsi que de la «Lune» et du «Soleil».
Sur la 3eme ligne un mot peut être lu comme «doku9».
En grec ancien δοκευς, δοκιας ou δοκις signifie, entre autres, comète, météore*.
Comète
Selon la théorie de Robert Teague (2012) cette page décrirait une comète vue le 18 juillet 1533. Il propose aussi par la même occasion que la figure du «Soleil» soit le portrait de Copernic (1473-1543).
Ce mot ne se rencontre que deux fois dans le manuscrit, malheureusement la seconde fois sur une page de « pharmacie ».


*voir LSJ

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Aliment de bétail de 20r

aliments-de-betailLa page 20r a trois paragraphes de texte. Le 3ème paragraphe commence par les mots «beio8us sko89». En lisant à haute voix je crois comprendre «βιοτης σκοτος» : – βιοτης (le mot est unique dans le manuscrit) – la vie, les moyens de subsistance, des aliments, et σκοτος – l’obscurité, les ténèbres, l’ignorance. Donc ça peut être «l’ignorance des aliments, un aliment ignoré».

Toutefois la lettre «b» (f EVA) dans un mot grec flingue mon idée, que le «b» est utilisé dans les alphabets latin et cyrillique et que les mots grecs s’écriraient avec «v» (t EVA). En plus de cela la terminaison «us» indiquerait un mot latin ou latinisé ? Dans ce cas nous devons peut être lire le mot sco89 comme скота – de bétail ? Et les deux mots nous donneraient «aliment de bétail», indiquant qu’il s’agit d’une plante à pâturage ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Mot « dvor »

fontaine-85rLe mot dvor (qotor EVA) se rencontre 29 fois dans le manuscrit : 19 fois sur les pages botaniques, 7 fois sur les pages des recettes, 2 fois sur les deux pages de «4 saisons»* (85) et une fois sur une page balnéaire (80r). Le mot de la page 80r est différent, c’est plutôt « dvar quelque chose », donc je ne le considère pas pour le moment.

Le mot dvor (дворъ en vieux slovène) a deux sens : la cour (αυλη), le sens que je connaissais, et la maison (οικος) que je ne connaissais pas**.

Je crois que c’est dans le sens de la cour qu’il est utilisé sur la page 85r : quatre personnages  placés autour d’une fontaine*** ou sur les murs d’un château**** avec quatre textes placés en croix.
dvor-skitaSur la 2ème ligne du texte Nord les deux premiers mots sont « dvor shu89 ».
Ça peut être « dvor skita » – la cour du skite. Σκητη – le skite, l’ermitage.

cour-secreteSur la page suivante quatre personnages sont placés dans un «jardin». Dans le mot « dvor » la lettre «o» est légèrement différente, plutôt «a». Pour le moment je vais lire comme dvor. Le mot suivant peut être lu comme ketos, pour κευθος, caché ? S’agit-il d’une cour cachée, d’un jardin secret ?

duo-oikosSur les pages botaniques, selon moi, le mot dvor a le sens plutôt de « οικος ». Par exemple sur les pages 10r et 10v : « dva dvor » et « dveia dvor » pour « δυο οικοι » – dioïque.

Le terme dioïque, apparemment, a été introduit par Linné, je n’ai pas trouvé d’autres références. Toutefois la division des plantes en espèces (genres, variétés) mâles, femelles et hermaphrodites était connue depuis des siècles, Théophraste (-371 – -288) déjà en a parlé.


*https://stephenbax.net/?p=896
** Troubachev/Трубачев – Этимологический словарь славянских языков/ Праславянский лексический фонд / Под ред. О. Н. Трубачева. Вып. 1-30, Москва, 1974 – 2003.
***https://proto57.wordpress.com/2010/12/05/is-that-you-martin-luther/
****Giuseppe Fallacara, Ubaldo Occhinegro – Manoscritto Voynich e Castel del Monte: Nuova chiave interpretativa del documento per inediti percorsi di ricerca – Gangemi Editore Spa, 2013

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Mot «chor» encore

Il y a quelques années de cela j’ai supposé que le chor peut être l’équivalent du mot alia. Aujourd’hui je me demande si ce n’est pas une abréviation du mot hortus ?  Hor(tus) = plante, légume.  En grec c’est la même chose, hor(tos).

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Coronopus de 6r

cornar-cvejaSur la 2ème ligne de la page 6r il y a 8 mots très courts. Si on lit les mots 4 et 5 ensemble, ça donne cornar – celui qui a des cornes (au propre comme au figuré). Le mot suivant est cveja (en tout cas pour le moment). Cornar cveja – la plante (la fleur) cornue.
Toutefois cveja c’est plutôt slave et cornar c’est plutôt latin, que dit le grec ancien ? Ça peut être κορωνη – corneille ou κορωνις – recourbé à l’extrémité (c’est pas très loin de corne).
voronLe premier mot de la 5ème ligne est varonam. Voron peut être le mot slave signifiant corbeau.

Il s’agit, à mon avis des noms des plantes en slave et en grec qui contiennent le mot corbeau ou corneille.
Ajoutés aux mots vus précédemment, cela donne une plante Plantago coronopus, plantain corne de bœuf, corne de cerf, plantain pied de corbeau ou pied de corneille en français.

Voir ci-dessous l’image de l’ouvrage de Matthiole*.

coronopus-matthiole

 

A suivre…

 


*Mattioli, Pietro Andrea – De plantis Epitome utilissima, Petri Andreae Matthioli Senensis, medici excellentissimi, etc. Novis iconibus et descriptionibus pluribus nunc primum diligenter aucta, à D. Ioachimo Camerario medico inclytae Reip. Noribergensis. Francfort sur le Main , 1586. http://www.biusante.parisdescartes.fr/

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Dorkas de 6r

 

dorcasLe dernier mot de la 4ème ligne de la page 6r se lit « 9aurk9’ »*
Est-ce que c’est δορκας, ζορκας ou iorkos** –la gazelle, le chevreuil ?
La partie (yaiir EVA) ne se rencontre que trois fois dans le manuscrit et l’ensemble 9aurk9 – une seule fois.


*Les deux 9 sont légèrement différents.
**Liddell H. G. – Greek–English Lexicon

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Corne de cerf de 6r

Encore quelques mots grecs et slaves, cette fois sur la page 6r.
kozka, chèvre, bicheD’abord le mot « kozkou » de la 7ème ligne. Provient-il de « kozka », un mot slave, diminutif de koza ou kozulja – chèvre ou femelle de cervidé ?
targos, tragos, boucEnsuite les deux premiers mots de la 4ème ligne «dar cho s» (EVA), selon moi «tar ?hoz». La lettre marquée comme «c» est bien différente, elle est semblable à «sou» copte*. C’est peut être «g» et le mot serait «ταργος» pour «τραγος»** – le bouc ?

Devons-nous chercher pour notre plante un nom qui contient les mots chèvre, bouc, cerf, comme corne de cerf, par exemple ou bien barbe de bouc ?

A suivre…


*Il est urgent de corriger la transcription
**Voir dans LSJ un exemple de permutation ταργανον= τραγανον.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Ceratocephalus de 100r

Nick Pelling a publié récemment sur son site Cipher Mysteries un commentaire sur l’article d’Arthur O. Tucker* and Jules Janick « Decipherment of the Voynich Codex: Progress and Problems » sur le site de l’Université de Purdue.
En lisant l’article je cède à la tentation d’ajouter mon commentaire sur l’une des plantes citées.
ceratocephalusLa plante de la page 100r a une étiquette bien agrandie chosaroshol (EVA) et je lis comme – koza roskou – koza rozhkou – козьи рожки – petites cornes de chèvre, conformément au dessin ?
Dahl** dans son dictionnaire donne le nom latin de cette plante – Bidens tripartita.

Au cours des siècles la plante avait plusieurs synonymes*** : Hepatorium aquatile, Cannabina aquatica – chanvre aquatique, Ceratocephalus tripteris – cornuet.

Ceratocephalus :  κερας – corne, κεφαλη – tête; la tête cornue, le cornuet.
Nous avons fait le tour pour revenir à nos «petites cornes de chèvre».


*A.O. Tucker est connu dans le milieu des chercheurs de VM comme l’auteur de la théorie «nahuatl». Vous trouverez sa publication dans HerbalGram de American Botanical Council.
** Dahl/Даль В.И. (XIXème) – Толковый словарь живого великорусского языка, Москва, 1955
* Pierre-Rémi Willemet – Phytographie encyclopédique ou flore économique: contenant les lois fondamentales de la botanique, les caractères essentiels des genres et des espèces, avec leurs synonymes, l’exacte indication des localités … – Brunot-Labbe, 1808

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Alcyone ou Ariès ?

Après ma trouvaille de «oarion-orion», j’ai voulu vérifier si le mot de la page 68r 3 que j’ai lu comme Alcyone, peut avoir un autre sens s’il commençait par «o», comme «olki…quelque chose».
Et oui, il a tout autre sens.
D’abord les verbes ολκαζω et ελκω – tirer, tracer, creuser des sillons, d’où

  • ολκας – vaisseau remorqué,
  • ολκαια, ολκαιος – qu’on traîne, étambot d’un navire ; traînant, rampant, queue traînante d’un animal,
  • ολκαιον, ολκηιον – étambot d’un navire,
  • ολκιον, ολκειον – quille des navires, vase ou bassin,
  • ολκος – traction, bride, rêne, action de ramper, reptile, traînée, sillon, orbite d’une étoile,
  • mais aussi ωλκα, ωλκας = αλοξ, αυλαξ – sillon.

Si « l’orbite d’une étoile » colle bien à notre dessin, le reste m’a paru incompréhensible : sillon, navire, queue d’un animal ?
J’ai cherché « Taureau+sillon », les citations ne manquent pas : « …Chez les Babyloniens, le fermier (maintenant le Bélier) guide un Taureau qui manœuvre une charrue céleste creusant un sillon dans le ciel le long de l’écliptique…. » .
Toutefois le terme sûr est Pléiades – le dessin des sept étoiles et le Taureau, pour le moment, est une déduction. En cherchant «Pléiades+sillon» je découvre le monde des calendriers agraires qui déterminent les saisons à partir du coucher et du lever héliaque des Pléiades*. (Voir Plutarque, Hésiode)
Et dans certains calendriers agraires arabes**, comme dans le calendrier de Cordoue, par exemple, les Pléiades sont appelées aussi « alyat al-hamal » – la queue du bélier.
Donc le mot «oalchiol» peut être lu comme ολκιου pour ολκου – génitif de ολκος ? Pour traduire nous avons le choix entre « l’orbite (des Pléiades ?)» et « la queue (d’Aries ?) ». L’orbite serait juste un mot grec et la queue serait une traduction de l’arabe.
Le mot « 8oar9 » peut être lu comme Thoaraia pour al-Thurayya, le nom arabe des Pléiades, comme le fait S. Bax, par exemple. Si cette transcription diffère de la transcription moderne, nous devons nous rappeler que les transcriptions varient d’un ouvrage à l’autre, par exemple, dans une traduction latine du Calendrier de Cordoue al-Thurayya s’écrit «athoraie».
Les deux mots peuvent être lus comme θοραια ολκου – de l’orbite de Thurayya ? Ou bien Thurayya = la queue (d’Aries) ?
Le troisième mot «(τ)ακολουθος » est aussi une traduction en grec d’un mot arabe. Est-ce que toute cette page est une traduction d’un ouvrage arabe ?


*Mémoire sur l’origine des constellations, et sur l’explication de la fable, par le moyen, de l’astronomie, Charles François Dupuis, Desaint, 1781

**Savage-Smith, Emilie (1985), Islamicate Celestial Globes: Their History, Construction, and Use, Smithsonian Institution Press, Washington, D.C.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich