Remains of the Pharaoh

pharaonThe labels above the mummy drawing strip on page 89r2 are read in EVA « Otoldy (11) ok(t)ol (83).shol.dy (13) opcharoiin (1) ».
If for the moment I have no sure proposition about the first words, the last word, on the other hand, may well be Pharaoh?
The word, in this form, is unique in the manuscript. The only similar word is on page 116r: pcharalor.
Φαραω, Φαραωθης, Φαραων, Φαρωνος* – Pharaoh is the title of the Egyptian kings.
To be exhaustive, I must add that φαραω=φαροω also means plough**. In the Hesychius Lexicon φαρουν = αροτριαν.
With the image of a mummy I prefer the meaning of pharaoh.


* http://biblehub.com/greek/5328.htm
**LSJ

Restes du Pharaon

Les étiquettes au-dessus de la bande de dessin des momies de la page 89r2 se lisent en EVA « Otoldy (11) ok(t)ol (83).shol.dy(13) opcharoiin (1) ».
Si pour le moment je n’ai pas de proposition sûre à propos des premiers mots, le dernier mot, par contre, peut bien être o pharaon ? Le mot, sous cette forme, est unique dans le manuscrit. Le seul mot semblable se trouve sur la page 116r : pcharalor.
Φαραω, Φαραωθης, Φαραων, Φαρωνος* – Pharaon est le titre des rois égyptiens.
Pour être exhaustive, je dois ajouter que φαραω=φαροω signifie aussi labourer**. Dans le Lexicon de Hesychius φαρουν=αροτριαν.
Avec l’image d’une momie je préfère la signification de pharaon.


* http://biblehub.com/greek/5328.htm
**LSJ

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Canopic jars

Continuing to look at the labels on page 82 (recto and verso), I was looking for the same on other pages, and, one thing leading to another, I went to the pages of the « pharmacy jars ».
It was with astonishment that I looked, as for the first time, at the drawing of the two mummies, one white and the other brown, on page 89r2.
momies 89r2
The page has four « jars » on the left margin, the same number as the Egyptian funeral vases. The leaves of plants representing the mummies have erect ears for the brown mummy and a bird’s beak for the white suggesting the jackal and falcone* respectively.
momie bruneThe jackal, the falcon, the baboon and Amset (human head) are the four sons of Horus, the four geniuses who protect the organs of the mummy: Amset – the liver, Douamoutef with the head of the jackal – the stomach, Hapi with the head of baboon – the lungs, Qebehsenouf with falcon head – the intestines.
momie blancheOf course everything is not very clear on this little image. Why are the leaves duplicated? Why is the brown mummy that should represent the stomach rather suggests the intestines and the white mummy that resembles the stomach and the large intestine is marked by falcon leaves, so intestines?
Perhaps the author did not deal with this kind of detail, and just wanted to talk about « pharmaceutical » products: white mummy, mumia alba and brown mummy, mumia nigra**?
I don’t think that the mummy’s question was debated by Voynich’s researchers, I found only one reference, that of Diane, but not for this page. Koen also asked the question about leaves, without connection with mummies.
So the « agrarian » tools on page 99v, all these hooks, scrapers, brushes, funnels, can be tools of embalmers?


* image of Jeff Dahl
** Robert James Forbes – More studies in early petroleum history-Brill Archive, 1959

Vases canopes

En continuant d’examiner les étiquettes de la page 82 (recto et verso), je cherchais les mêmes sur d’autres pages et, de fil en aiguille, je suis arrivée sur les pages des « pots de pharmacie ».
C’est avec étonnement que j’ai regardé, comme pour la 1re fois, le dessin des deux momies, l’une blanche et l’autre brune, sur la page 89r2.
La page a quatre « pots » sur la marge gauche, le même nombre que celui des vases funéraires égyptiennes. Les feuilles des plantes représentants les momies ont les oreilles dressées pour la momie brune et un bec d’oiseau pour la blanche ce qui suggère le chacal et le faucon* respectivement.
Le chacal, le faucon, le babouin et Amset (à tête humaine) sont les quatre fils d’Horus, les quatre génies qui protègent les organes de la momie : Amset – le foie, Douamoutef à tête de chacal – l’estomac, Hâpi à tête de babouin – les poumons, Qebehsenouf à tête de faucon – les intestins.
Certes tout n’est pas très clair sur ce bout d’image. Pourquoi les feuilles sont en double ? Pourquoi la momie brune qui devrait représenter l’estomac fait penser plutôt aux intestins et la momie blanche qui fait penser à l’estomac et le gros intestin est marquée par les feuilles de faucon, donc des intestins ?
Peut-être que l’auteur ne s’occupait pas de ce genre de détails, et voulait juste parler de produits « pharmaceutiques » : momie blanche, mumia alba et momie brune, mumia nigra**?
Je ne pense pas que la question de la momie a été débattue par les chercheurs de Voynich, je n’ai trouvé qu’une seule référence, celle de Diane, mais pas pour cette page. Koen par ailleurs a posé la question à propos des feuilles sans liaison avec des momies.
Du coup les outils « agraires » de la page 99v, tous ces crochets, grattoirs, brosses, pinceaux, entonnoirs, peuvent être des outils des embaumeurs ?


* image de Jeff Dahl
** Robert James Forbes – More studies in early petroleum history-Brill Archive, 1959

3 Commentaires

Classé dans Plantes Voynich, Uncategorized

Word qosheedy of 82r

daistheisOn page 82r two unique words (qocseedy/qosheedy and qoshedy/qoesedy) can be read as doeses89 and doise89, both for δαισθεις?
Δαισθεις is the participle of the verbs δαιζω, δαιω and δαινυμι.
Δαιζω-to divide, to separate, to cut in parts, usually with the idea of violence, to tear with the edge of a weapon, to destroy (a city from top to bottom).
Δαιω – divide, share, tear.
Δαινυμι – to make the parts for a meal, to celebrate with a meal, to take part in the meal (funeral), to eat, to devour, to consume (speaking of the pyre, the poison).

Mot qosheedy de 82r

Sur la page 82r deux mots uniques (qocseedy/qosheedy et qoshedy/qoesedy) peuvent être lus comme doeses89 et doise89, les deux pour δαισθεις ?
Δαισθεις est le participe du verbe δαιζω, de δαιω ou de δαινυμι.
Δαιζω-diviser, séparer, couper en parts, ordinairement avec l’idée de violence, déchirer avec le tranchant d’une arme, déchirer, arracher, faire périr, détruire une ville de fond en comble.
Δαιω – diviser, partager, déchirer.
Δαινυμι – faire les parts pour un repas, célébrer par un repas, prendre part au repas (funéraire), manger, dévorer, consumer (en parlant du bucher, du poison).

4 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Coming from Hell


texte 82r
The text on page 82r can be divided into five paragraphs if we consider that the letter P appears only on the first line. I called them A-E. The order of the images on the page is contrary to the order of the text of the Plato’s Myth of Er, unless it corresponds to a comment that we have not yet identified. The description of the spindle ends the narrative, while the image of the spindle begins the page.
While waiting to find a text with a sufficient correspondence, I continue to try to decipher certain words.
In the second line of paragraph B the words EVA « olqo.dar.checkho.l.olol » may be read as « oldo8ar eiseme ololol » – αδοθαρ εισεμι αολα:

  • adesαδοθαρ for αδοθεν – coming from hell;
  • εισεμι for εισ ειμι – enter;
  • αολα for αολλης – compact, crowded.

A crowd (of souls) enter, coming from hell?

En venant des enfers

Le texte de la page 82r peut être divisé en cinq paragraphes si nous considérons que la lettre P n’apparait que sur la première ligne. Je les ai appelé A-E. L’ordre des images de la page est contraire à l’ordre du texte du Mythe d’Er de Platon, sauf s’il correspond à un commentaire que nous n’avons pas encore identifié. La description du fuseau termine le récit, alors que l’image du fuseau commence la page.
En attendant de trouver un texte avec une correspondance suffisante, je continue à tenter de déchiffrer certains mots.

Sur la deuxième ligne du paragraphe B les mots EVA «olqo.dar.checkho.l.olol» peuvent être lus comme « oldo8ar eiseme ololol » – αδοθαρ εισεμι αολα :

  • αδοθαρ pour αδοθεν – en venant des enfers ;
  • εισεμι pour εισ ειμι – entrer ;
  • αολα pour αολλης – compact, en foule.

(Les âmes) entraient en foule en venant des enfers ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Plato, Cicero, or Zoroaster?

In trying to identify the various objects held by some nymphs, Koen named the spindle of Ananke or his daughter Clotho and cited the Myth of Er of Plato, without however venturing further.
In addition a word-label on page 82r ζωναιως clearly indicates a parallel between the image and Neoplatonism*.
The image of 82r, divided into three parts, may well represent the myth of Plato’s Er**, or the myth of Scipio of Cicero***.

The hero of our history, Er (dead) or Scipio (asleep), the only human on this page (because clothed, wrapped in a green shroud) is in the upper, blue, world where he witnesses the reincarnation of souls.
LatoneOn the image of the middle of the page the nymph of the left, with the short blue veil, tramples an arrow oriented towards the terrestrial world. The end of the arrow is not straight, is it a flame?
This nymph may be the Soul of the world or Hecate. But I am inclined to « … the sweet Latona with the azure veil » ****, the titanide who presides with Hera to the births of humans and she is the only one to be able to confront his son Apollo who tends to launch his flaming arrows  . « Latone alone stays with the king of lightning. She releases the rope, closes the quiver, with her hands she takes off the bow of Apollo’s strong shoulders and hangs it by an ankle to her father’s column. »*****

For the other two parts of the image we follow Plato’s text:
ouvertures entre les mondesAfter death the souls are found in a divine place, where they await their judgment. So the image at the bottom of the page is not a pool but a meadow, a divine place.
The celestial world communicates with the prairie by two openings, marked on the image « terra » and « terrarum ».
« … in the ground two openings located side by side … ». Are there side tubes? They are not side by side. They can be two tubes barely visible because of the green color overflowing, with the two nymphs gymnasts (the judges?).
fuseauWe arrive at the image of the top of the page: after seven days the souls go to a place where « … a light as straight as a column, very similar to the rainbow … in the middle of the light … The extremities of the fastenings of heaven, like those frames which gird the sides of triremes, it maintains the assemblage of all that it entails in its revolution.”

Next comes the description of the spindle of Necessity: the eight spheres nested, their widths, their colors and their speeds.
MoiresThe eight Sirens seated on the spheres of the spindle, each singing a single note, accompanied by the Moirai, their head crowned with strips, Lachesis, Clotho and Atropos. One of the Moires is shown in the image at the bottom of the page, probably Clotho, the Spinner, holding a small spindle.
Are the two top nymphs Lachesis and Atropos?

In conclusion, if the content of the text of the page corresponds to the meaning of the image we can hope to find at least a part in the works of the neo-Platonists, in Greek or Latin and with the translation in addition.

Farewell the calculation of suffixes and prefixes! To us Proclus, Psellos and other Ficin and Macrobe!
Exit the baths of Pozzuoli! We should rather seek the names of the Sirens singing sitting on the celestial spheres!


*Helmut Seng, « A Sacred Book of Late Antiquity: The Chaldaic Oracles »
**Platon, Le mythe d’Er le Pamphylien, remacle.org
***Cicero, The Dream of Scipio
****Hesiode, La théogonie – remacle.org
*****Homere, Hymnes, Hymne 1, A Appolon –remacle.org

Platon, Cicéron ou Zoroastre ?

En cherchant à identifier les différents objets tenus par certaines nymphes, Koen a nommé le fuseau d’Ananké ou de sa fille Clotho et a cité le Mythe d’Er de Platon, sans toutefois s’aventurer davantage.
En plus un mot-étiquette de la page 82r ζωναιως indique clairement une parallèle entre l’image et le néoplatonisme*.
L’image de 82r, divisée en trois parties, peut bien représenter le mythe d’Er** de Platon ou le mythe de Scipion de Cicéron.***

Le héros de notre histoire, Er (mort) ou Scipion (endormi), le seul humain de cette page (parce que vêtu, enveloppé d’un linceul vert) se trouve dans le monde supérieur, bleu où il est témoin de la réincarnation des âmes.
Sur l’image du mileu de la page la nymphe de gauche, au court voile bleu, piétine une flèche orientée vers le monde terrestre. Le bout de la flèche n’est pas droit, est-ce une flamme ?
Cette nymphe peut être l’Ame du monde ou Hécate. Mais je penche pour « …la douce Latone au voile d’azur »**** la titanide qui préside avec Héra aux naissances des hommes et qui est la seule à pouvoir affronter son fils Apollon qui a tendance à lancer ses traits enflammés sans discernement. « Latone seule reste aux côtés du roi de la foudre. Elle relâche la corde, elle ferme le carquois, de ses mains elle enlève l’arc des fortes épaules d’Apollon et le suspend par une cheville à la colonne de son père. »*****
Pour les deux autres parties de l’image suivons le texte de Platon :
Après la mort les âmes se retrouvent dans un lieu divin, où elles attendent leur jugement. Donc l’image du bas de la page n’est pas une piscine mais une prairie, un lieu divin.
Le monde céleste communique avec la prairie par deux ouvertures, marquées sur l’image «terra» et «terrarum».
« …dans la terre deux ouvertures situées côte à côte… ». S-agit-il des tubes latéraux ? Ils ne sont pas côte-à-côte. Il peut s’agir de deux tubes à peine visibles à cause de la couleur verte débordante, avec les deux nymphes gymnastes (les juges ?).
Nous arrivons à l’image du haut de la page : après sept jours les âmes se rendent dans un lieu où « …une lumière droite comme une colonne, fort semblable à l’arc-en-ciel, … au milieu de la lumière …les extrémités des attaches du ciel … comme ces armatures qui ceignent les flancs des trières, elle maintient l’assemblage de tout ce qu’il entraîne dans sa révolution… ».
Ensuite vient la description du fuseau de la Nécessité : les huit sphères emboîtées, leurs largeurs, leurs couleurs et leurs vitesses.
Les huit Sirènes assises sur les sphères du fuseau, chantent chacune une seule note, accompagnées des Moires, la tête couronnée de bandelettes, Lachésis, Clotho et Atropos. L’une des Moires est présentée dans l’image du bas de la page, probablement Clotho, la Fileuse, tenant un petit fuseau.
Est-ce que les deux nymphes du haut sont Lachésis et Atropos ?

En conclusion, si le contenu du texte de la page correspond au sens de l’image nous pouvons espérer de trouver au moins une partie dans les œuvres des néo-platoniciens, en grec ou en latin et avec la traduction en plus.

Adieu le calcul des suffixes et des préfixes ! A nous Proclus, Psellos et autre Ficin et Macrobe !

Exit les bains de Pozzuoli ! Nous devons plutôt chercher les noms des Sirènes chantant assises sur les sphères célestes !


*Helmut Seng, « A Sacred Book of Late Antiquity: The Chaldaic Oracles »
**Platon, Le mythe d’Er le Pamphylien, remacle.org
***Cicéron, Le songe de Scipion
****Hesiode, La théogonie – remacle.org
*****Homere, Hymnes, Hymne 1, A Appolon –remacle.org

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Terra-terrarum

terra 82rThe two words on page 82r 8arol and 8arar9 can be read as Latin words-terra and terrarum? The word 8arar9 is unique in the manuscript, whereas the word 8arol is found on two other pages.
terra 68v3On the TO map of 68v3 : 8arol 8ol9 – ter(r)a ταως, a mixture of Greek and Latin ?
Ταως has several meanings: peacock, precious stone, but also αως – East, therefore the land of east or the east of the Earth.
terra 75v

On page 75v 8onal ter(r)a, I do not have a proposal at the moment, so long as the image is not completely decripted, I still believe that the word terra has its place.

Terra-terrarum

Les deux mots-étiquettes de la page 82r 8arol et 8arar9 peuvent être lus comme des mots latins– terra et terrarum ? Le mot 8arar9 est unique dans le manuscrit, par contre le mot 8arol se rencontre sur deux autres pages.
Sur la carte TO de 68v3 : 8arol 8ol9 – ter(r)a ταως, un mélange du grec et du latin ? Ταως a plusieurs significations : paon, pierre précieuse, mais aussi αως – Est, donc la terre d’est ou l’est de la Terre.
Sur la page 75v 8onal ter(r)a, je n’ai pas de proposition pour le moment, tant que l’image ne soit décriptée completement, je continue à croire que le mot terra a bien sa place.

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Aphrodite’s Belt

zonewsThe label of Aphrodite « with the mirror » of 82r can be read « σονολ9 ». By reading « ol » as  « a », it will be « σονα9″, probably for ζωνα9. The word would come from the word ζωνη-belt (for woman) or anything that tourn like a belt – ocean’s belt, Orion’s belt, signs of the zodiac etc.
A famous belt is that of Aphrodite, which makes her bearer irresistible. The word can be the plural dative: ζωναις.
But it can also be ζωναιως of ζωναιοι, the gods of the planets in the neoplatonic cosmogony.
« The designations of ζωναῖοι and ἄζωνοι refer to planets and fixed stars. The ζωναῖοι correspond to the ζῶναι, « zones », or more literally: « straps » or « belts », in other words the trajectories that draw a belt. On the other hand, the ἄζωνοι do not correspond to the « zones », but revolve around the earth in the form of fixed constellations, and always in the same way.”*


*In: Helmut Seng, « A Sacred Book of Late Antiquity: The Chaldaic Oracles », Directory of the Practical School of Advanced Studies (EPHE), Section of Religious Sciences [Online], 118 | 2011, posted on 19 September 2011, accessed on 09 August 2017. URL: http://asr.revues.org/950

Ceinture d’Aphrodite

L’étiquette d’Aphrodite «au miroir» de 82r peut se lire «σονολ9». En lisant, comme je le fais «ol» comme «a», ce sera «σονα9», probablement pour ζωνα9. Le mot proviendrait du mot ζωνη –ceinture (de femme) ou tout ce qui s’enroule comme une ceinture –ceinture de l’océan, ceinture d’Orion, les signes du zodiaque etc.

Une ceinture célèbre est celle d’Aphrodite, qui rend sa porteuse irrésistible. Le mot peut être le datif du pluriel : ζωναις.

Mais ça peut être aussi ζωναιως de ζωναιοι, les dieux des planètes dans la cosmogonie néo-platonique.
«Les désignations de ζωναῖοι et ἄζωνοι se réfèrent aux planètes et aux astres fixes. Les ζωναῖοι correspondent aux ζῶναι, «zones», ou plus littéralement : «sangles» ou «ceintures», autrement dit les trajectoires qui dessinent une ceinture. Par contre, les ἄζωνοι ne correspondent pas aux «zones», mais tournent autour de la terre sous forme de constellations fixes, et toujours de la même façon.»*


* In : Helmut Seng, «Un livre sacré de l’Antiquité tardive : les Oracles chaldaïques», Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 118 | 2011, mis en ligne le 19 septembre 2011, consulté le 09 août 2017. URL : http://asr.revues.org/950

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Charites of 82r

The three small nymphs with pink cheeks and graceful traits are good candidates for the role of three Roman Graces or three Greek Charites, accompanying the gods, especially Aphrodite/Venus.
3 charites
Names of Charites vary according to the authors, but the best known are Thalia (Blooming), Aglae (Shiny) and Euphrosyne (Joyful).
The three labels can be the names of these nymphs or form a sentence, I will try to read them separately.
The name of the first nymph on the left poses a slight problem: should we read « ol » as such or as « a »? The name can give Tholol, Thaol, Tola or Thaa as equivalent to Θαλια, Θαλεια, Θαλιη, Θαλλω for Thalia ?
The third label can be ονειορ for ονειαρ – goods, food, dish, gain, which suggests the banquet. Although the three Graces are linked to the joys of the banquet, I choose Euphrosyne, leaving the name of Aglae at the nymph on the middle who appears to be the youngest of the three.
Its name is written oλ oυω. I have not found a whole equivalent name, I will try to read in two words: oλ for ολος – all and ουω/αυω for αυως/ηως – daylight and therefore the whole can be « all bright », this which fits very well with Aglae.

Charites de 82r

Les trois petites nymphes aux joues roses et aux trais gracieux sont des bonnes candidates pour le rôle de trois Grâces romaines ou de trois Charites grecques, accompagnant les dieux, en particulier Aphrodite/Vénus.
Les noms des Charites varient avec des auteurs, mais les plus connus sont Thalie (Florissante), Aglaé (Brillante) et Euphrosyne (Joyeuse).
Les trois étiquettes peuvent être les noms de ces nymphes ou bien former une phrase, je vais tenter de les lire séparément.
Le nom de la première nymphe à gauche pose un léger problème : devons-nous lire «ol» tel quel ou comme «a» ? Le nom peut donner Tholol, Thaol, Thola ou Thaa comme équivalent pour Θαλια, Θαλεια, Θαλιη, Θαλλω pour Thalie?
La troisième étiquette peut être ονειορ pour ονειαρ – les biens, les mets, les aliments, le profit, qui fait penser au banquet. Bien que toutes les trois Charites soient liées aux joies du banquet, je choisis Euphrosyne, en laissant le nom Aglaé à la nymphe du milieu qui parait la plus jeune des trois. Son nom s’écrit oλ oυω. Je n’ai pas trouvé de nom entier équivalent, je vais essayer de lire en deux mots : oλ pour ολος – tout et ουω/αυω pour αυως/ηως – lumière du jour et donc l’ensemble peut être « toute lumineuse », qui convient très bien à Aglaé, la Brillante.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Dreams of 82r

The bathing scene at the bottom of page 82r contains eleven characters: six principal and five secondary nymphs.
The main nymphs can be classified into three groups according to their hair and their headdress:

  • two crowned nymphs in the foreground, identified by Koen as Aphrodite-Venus-Isis-etc.*;
  • two nymphs placed in the tubular containers at the left and at the right of the pool ;
  • two nymphs in the background doing aquagym.

Three of the secondary nymphs form a separate group and the last two accompany the two Aphrodites, one for each goddess.
Ten nymphs as well as the two water sources that feed the basin are accompanied by labels, which can be read, in my opinion in Greek.

reves songesToday I propose just two labels that accompany the two lateral nymphs.
Both labels have the same root. The left can be read as ονορ for οναρ – dream and right as οναιρα89 for ονειρατος – genitive of ονειραρ or ονειρατα, the plural of the above, which means the same thing, dream. I think the plural is preferable to the declined form.
The water of the left container is green, terrestrial, like that of the bathing basin. The water of the right vessel is blue, celestial, like that flowing from two sources above the basin, and the nymph placed there is sensibly larger.
Given the difference in presentation ονειρατα must represent the rather celestial dreams and οναρ the rather terrestrial dreams.


* P.Han proposed that all this group of nymphs represent an eclipse and a supernova. If there are other proposals that I have forgotten or don’t know, don’t hesitate to let me know so that I can correct the text

Rêves et songes de 82r

La scène balnéaire au bas de la page 82r comporte onze personnages : six nymphes principales et cinq nymphes secondaires. Les nymphes principales peuvent être classées en trois groupes selon leur chevelure et leur coiffe :

  • deux nymphes couronnées au premier plan, identifiées par Koen comme Aphrodite-Vénus-Isis-etc.* ;
  • deux nymphes placées à gauche et à droite du bassin dans les récipients tubulaires ;
  • deux nymphes en arrière-plan faisant de l’aquagym.

Trois des nymphes secondaires forment un groupe séparé et les deux dernières accompagnent les deux Aphrodites, une par déesse.
Dix nymphes, ainsi que les deux sources d’eau qui alimentent le bassin sont accompagnées d’étiquettes, qui peuvent être lues, à mon avis en grec.

Aujourd’hui je propose juste deux étiquettes qui accompagnent les deux nymphes latérales.
Les deux étiquettes ont la même racine. Celle de gauche peut être lue comme ονορ pour οναρ – rêve, songe, et celle de droite comme οναιρα89 pour ονειρατος – génitif de ονειραρ, ou ονειρατα , le pluriel du précèdent, qui signifie la même chose, rêve, songe. Je pense que le pluriel est préférable à la forme déclinée.
L’eau du récipient gauche est verte, terrestre, comme celle du bassin de baignade. L’eau du récipient droit est bleue, céleste, comme celle coulant de deux sources au-dessus du bassin et la nymphe qui y est placée est sensiblement plus grande.

Vu la différence de présentation ονειρατα doit représenter les songes plutôt célestes et οναρ les rêves plutôt terrestres.


*P.Han a proposé que tout ce groupe des nymphes représente une éclipse et une supernova. S’il existe d’autres propositions que j’ai oubliées ou que j’ignore, n’hésitez pas à me le faire savoir pour que je corrige le texte

2 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Two Greek words of 82r

On the Voynich ninja forum the image of « thunder-lightning-wind-resurrection » on page 82r is currently being debated. I have nothing to bring for the identification of the drawing, but I see two words that can be the Greek words.

foudre 82r

oraterThe first is placed on the image and can correspond to ορατεοv – one must see, or to ορατηρ – eyewitness, observer.

maktosThe word μακτος begins the paragraph following the drawing and signifies the poultice.

Deux mots grecs de 82r

Sur le forum Voynich ninja l’image de « tonnerre-éclair-vent-résurrection » de la page 82r est débattue actuellement. Je n’ai rien à apporter pour l’identification du dessin, mais j’y vois deux mots qui peuvent être les mots grecs. Le premier est placé sur l’image et peut correspondre à ορατεοv – il faut voir, ou à ορατηρ – témoin oculaire, observateur. Le mot μακτος commence le paragraphe suivant le dessin et signifie le cataplasme.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich