Nymphs of 77v

Page 77v has seven nymphs in total: three form a group at the top of the page and four are presented separately on both sides of the text. Koen has identified two nymphs from the top trio and I just want to add a few sentences to complete his analysis.

The top trio

According to Koen the middle nymph is Cassiopeia, the right-side nymph is her daughter Andromeda, but he stopped without naming the one on the left.
The nymph on the left is so cute, with very small breasts, just nipples, her shy gaze is directed upward.
Perseus Andromeda
I never asked myself about this nymph’s gender, I considered her a woman. But following Koen’s steps, I realize that this nymph represents Perseus, cute Perseus who saves the giant Andromeda (« like a man »).

Persée Piero di Cosimo

A mirror fragment of Perseus and Andromeda by Piero di Cosimo (XVI s)

The 4 solitary nymphs

Who are the four remaining nymphs, do they represent the same characters? The nymphs of the left margin can be Andromeda and Cassiopeia and those of the right margin Perseus and Cepheus, the father of Andromeda and the husband of Cassiopeia?

Cassiopee Cephee Andromede Persee Monstre marin

In the middle- Greek vase of Berlin Staatliche Museen ( 4th c BC) on the site of Kristen Lippencott

The four constellations are in the northern hemisphere. Cassiopeia and Cepheus are visible all year, Andromeda is visible in autumn and Perseus – in autumn and winter.

Hope that the identification of nymphs helps us to translate the text!

P.S. I replaced the image, because I had out of ignorance cut the sea monster, now the image of Perseus is complete: with the Medusa’s head facing the monster.

Nymphes de 77v

La page 77v a sept nymphes au total : trois forment un groupe en haut de la page et quatre sont présentées séparément sur les deux bordures latérales du texte. Koen a identifié deux nymphes du trio supérieur et je veux juste ajouter quelques phrases pour compléter son analyse.

Le trio de haut de la page

Koen a identifié la nymphe du milieu comme Cassiopée, la nymphe de droite comme sa fille Andromède, mais il s’est arrêté sans nommer celle de gauche.

La nymphe de gauche est toute mignonne, avec les tout petits seins, juste les tétons, son regard timide est dirigé vers le haut. Avant je ne me posais jamais de question à propos de son genre, je la considérais comme une femme. Mais en suivant les pas de Koen dans son analyse, je me rends compte que cette nymphe représente Persée, tout mignon Persée qui sauve la géante Andromède (« semblable à un homme »).

Les 4 nymphes solitaires

Qui sont les quatre nymphes restantes, représentent-elles les mêmes personnages ? Les nymphes de la marge gauche peuvent être Andromède et Cassiopée et celles de la marge droite Persée et Céphée, le père d’Andromède et le mari de Cassiopée ?

Les quatre constellations se trouvent dans l’hémisphère du nord. Cassiopée et Céphée sont visibles toute l’année, Andromède est visible en automne et Persée – en automne et en hiver.

Espérons que l’identification des nymphes nous aide à traduire le texte !

P.S. J’ai remplacé la dernière image, parce que j’avais coupé le monstre marin par ignorance, maintenant l’image de Persée est complète : avec la tête de Méduse face au monstre.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Alphabet Voynich

Pharaoh’s worm

ofios wormThere are several snakes on the pharmacy pages of the manuscript, but a snake on page 89r2 is clearly distinguished by its exceptional length. His label is opcheos, οφεως gen. from the Greek οφις – snake, but also creeping plant and guinea-worm.
Although it is not forbidden to call a « snake » snake image, I lean more towards guinea-worm, a parasite known for millennia. Dracunculiasis or dracontiasis unfortunately exists until today, despite the knowledge of the means of prevention.

The worm bore the different names over the centuries: dracontiasis, worm or wire of Medina, worm of the pharaohs, wire of Avicenna, it is called Vena Medinensis by Avicenna who took it for a vein varicose *.
Dracunculiasis treatment is usually surgical, although plants are also traditionally used.


*Jean-Philippe Chippaux- Le ver de Guinée en Afrique – ORSTOM, Paris, 1994

Ver des pharaons

Il y a plusieurs serpents sur les pages de pharmacie du manuscrit, mais un serpent de la page 89r2 se distingue netemment par sa longueur exceptionnelle. Son étiquette est opcheos, οφεως gén. du grec οφις – serpent, mais aussi plante rampante et le ver de Guinée.

Même s’il n’est pas interdit d’appeler une image de serpent « serpent », je penche plus vers le ver de Guinée, un parasite connu depuis les millennaires. Dracunculose ou dracontiase existe malheureusement jusqu’à nos jours, malgré la connaissance des moyens de prévention. Le ver portait les noms différents au cours des siècles : dragonneau, ver ou filaire de Médine, ver des pharaons, fil d’Avicenne, il est appélé Vena Medinensis par Avicenne qui le prenait pour une veine variqueuse*.

Le traitement de dracunculose est généralemnt chirurgical, bien que traditionnelement les plantes sont aussi utilisées.


*Jean-Philippe Chippaux- Le ver de Guinée en Afrique – ORSTOM, Paris, 1994

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Just for fun

Page 88v begins with a row of four images: a dancer, a mermaid, a yogi (or Egyptian scribe) and a monkey swaying on a branch.
Hanuman 88v
The monkey-plant has been reviewed by Koen  and several suggestions have been made by him and his readers.

Hanuman fetches the herb-bearing mountain

Hanuman fetches the herb-bearing mountain, in a print from the Ravi Varma Press, 1910’s (see Wikimedia Commons)

The label of the monkey-plant is otokol EVA, apparently unique in the manuscript. I read it as ovona and the first explanation that comes to my mind is the old slavonic воня – smell.
If I mix french singe=monkey and old slavonic воня, singe+ovonja, I get sanjeevani – a mythical plant able to resurrect the dead and brought by the god-monkey Hanuman in Ramayana.
The mix of French and Old Slavonic words can not be taken seriously! It’s just for fun ! But not for sanjeevani, this plant continues to be actively sought!

Juste pour rire

La page 88v commence par une rangée de quatre images : une danseuse, une sirène, un yogi (ou un scribe égyptien) et un singe se balançant sur une branche. La plante-singe a été examinée par Koen  et plusieurs propositions ont été faites par lui et par ses lecteurs.  L’étiquette de la plante-singe est otokol EVA, apparemment unique dans le manuscrit. Je la lis comme ovona et la première explication qui me vient à l’esprit c’est le vieux slave воня – odeur. Si je mélange singe+ovonja j’obtiens sanjeevani – une plante mythique capable de ressusciter les morts et rapportée par le dieu-singe Hanuman dans Ramayana.

Le mélange des mots français et vieux slave ne peut pas être pris au sérieux ! C’est juste pour rire ! Mais pas pour sanjeevani, cette plante continue à être activement recherchée !

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Makara

plant elephant 99vThe elephant-plant on page 99v has been widely debated on the Voynich ninja forum.
I proposed five years ago to read the label of the plant as an anagram.
In five years I have changed my method, I will try to read the label differently. In EVA the label reads « Koleearol ». Currently I distinguish « K » EVA with the high horizontal bar, which I read as « m » and the one with the lower bar, which I read as « n ». I read « ol » most of the time as « a ».
MakaraWith my new method I read the label as « Makara », it seemed to me as obvious by looking at the enlarged image of Koen. It is true that « ee » will be read as « k » perhaps for the first time and both « l » in « ol » are also different.
Makara is a mythical animal in Hinduism with the elephant’s head and the tail of the fish that serves as a mount for the goddess Ganga and the sea god Varuna. Our plant has the head of an elephant and the blue roots – equivalent of the tail of the fish.
The question is rather how to link makara to health recipes. Makara has already been mentioned in VM discussions, but only about the astrological page of November.
Fortunately for me the answer was not very far, the makara is quoted in the Charaka Samhita, a medical treatise considered as one of the founding texts of Ayurveda. This treaty quotes 177 medicines of animal origin, including makara, difficult to understand if it is the fabulous animal or just the crocodile.
With the two images of the « Indian dancers » of 89v2 the image of the plant-elephant-makara goads us towards the medical treatises of India.

Makara

Le sujet de la plante-éléphant de la page 99v a été largement débattu sur le forum Voynich ninja. J’ai proposé il y a cinq ans de lire l’étiquette de la plante comme une anagramme. En cinq ans j’ai changé ma méthode, je vais essayer de lire l’étiquette autrement.
En EVA l’étiquette se lit « Koleearol ». Actuellement je distingue « K » EVA avec la barre horizontale haute, que je lis comme « m » et celle avec la barre plus basse, que je lis comme «n». Je lis «ol» la plus part de temps  comme «a». MakaraAvec ma nouvelle méthode je lis l’étiquette comme «Makara», ça m’a paru comme une évidence en regardant l’image agrandie de Koen.
Il est vrai que «ee» sera lu comme «k» peut-être pour la première fois et les deux «l» dans «ol» sont aussi différents.
Makara est un animal mythique dans l’hindouisme avec la tête d’éléphant et la queue du poisson qui sert de monture à la déesse du Gange Ganga et au dieu des océans Varuna.  Notre plante a la tête d’un éléphant et les racines bleues – équivalent de la queue du poisson.
La question qui se pose est plutôt comment lier le makara aux recettes de santé. Makara a déjà été citée dans les discussions sur le VM, mais seulement à propos de la page astrologique du mois de novembre.
Heureusement pour moi la réponse n’était pas très loin, le makara est cité dans la Charaka Samhita, un traité médical considéré comme un des textes fondateurs de l’Ayurveda. Ce traité cite 177 médicaments d’origine animale, dont le makara, difficile à comprendre s’il s’agit de l’animal fabuleux ou juste du crocodile.

Avec les deux images des « danseurs indiens » de 89v2 l’image de la plante-éléphant-makara nous aiguillonne vers les traités médicaux de l’Inde.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Mummy of pharaoh

The labels of two mummies on page 89r2 are read in EVA Otoldy okol shol.dy opcharoiin.

These words may be not form a sentence: the first is placed next to the pharmacy pot, the next two above the black mummy and the last above the white mummy.

We can read them as « Οβα89 ονα σκα89 οfαρoun ».
The first word can have several meanings:
• αβαθης- without depth, in single rank, in geometry without depth, ἐπιφάνεια – surface, skin
• αβατος – where one can not walk: inaccessible, impassable, sacred, inviolable; sanctuary, which prevents from walking – the gout. Αβατοω – make desert.
• αβατας = ηβητης – in the strength of youth, adolescent.
• Αβατης – wine of Aba in Cilicia
The second word is ονα for οννα = ωνη – purchase, price of a purchase.
The third is σκα89:
• Σκατος – gen. of σκῶρ – excrement, slag.
• Σχάδων – honeycomb

It is not easy to gather all this:
1. The gout – buy remains of Pharaoh
2. The skin bought from the remains of Pharaoh
3. Sanctuary purchase of the remains of Pharaoh.

I translate excrement as remains, the Latin word mumia, from the Arabic mumiya, only appears in the sixteenth century.
Can the mummy be compared to the honeycomb? The mummy exudes a liquid as the honeycomb makes the honey flow?

Momie du pharaon

Les étiquettes de deux momies de la page 89r2 se lisent en EVA Otoldy okol shol.dy opcharoiin.

Ces mots ne forment peut-être pas une phrase : le premier est placé à côté du pot de pharmacie, les deux suivants au-dessus de la momie noire et le dernier au-dessus de la momie blanche.

Nous pouvons les lire comme « Οβα89 ονα σκα89 οfαρoun ».

Le premier mot peut avoir plusieurs significations :

  • αβαθης- sans profondeur, en simple rang, en géométrie sans profondeur, ἐπιφάνεια – surface, peau
  • αβατος – où l’on ne peut marcher : inaccessible, infranchissable, sacré, inviolable ; sanctuaire, qui empêche de marcher – la goutte. Αβατοω – rendre desert.
  • αβατας = ηβητης –dans la force de la jeunesse, adolescent.
  • Αβατης – vin d’Aba en Cilicie

Le deuxième mot est ονα pour οννα= ωνη – achat, prix d’un achat.

Le troisième est σκα89 :

  • Σκατος – gen. of σκῶρ – excréments, fiente, scories.
  • Σχάδων – rayon de miel

Il n’est pas facile de réunir tout ça :

  1. La goutte – acheter des restes du pharaon
  2. La peau achetée des restes du pharaon
  3. Sanctuaire achat des restes du pharaon.

Je traduis des excréments comme des restes, le mot latin mumia, provenant de l’arabe mumiya, n’apparait qu’au XVI siècle.

Est-ce que la momie peut être comparée au rayon de miel ? La momie exsude un liquide comme le rayon fait couler le miel ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Two 33v words

To-teleutaion

to teleutaionThe last word of the first line of page 33v « dodl dain » has three letters 8, the second and third of which are slightly different from the first.
The part dodl is unique in the manuscript. Can we read this word as « totl tain » for το τελευταιον – finally, in the last place, for the last time?

accomplit finalementThe preceding word is ykedy, which I have proposed to read as ηνετος, of the verb ανυω -to effect, accomplish, complete.

Ηνετος το τελευταιον – accomplished finally?

89b989

phenomene de tevetAnother word that we have already seen on page 4r is dytydy EVA – 89b989 for Θηβηθε – of Thebes or τηβηθες – of the month of tevet?

This word appears in the transcription separated in three parts, so not easy to see his frequency.

89b989 εναργηματος – is it a phenomenon of the month of tevet or a Theban phenomenon*?


* I expressly omit André Thevet with his journeys stories (XVIs) and thebaine – one of the opium alkaloids (XIXs) whose name also comes from Thebes (Egypt), the capital of opium.

2 mots de 33v

To-teleutaion

Le dernier mot de la quatrième ligne de la page 33v « dodl dain » a trois lettres 8 dont la deuxième et la troisième sont légèrement différentes de la première. La première partie dodl est unique dans le manuscrit. Pouvons-nous lire ce mot comme « totl tain » pour το τελευταιον – à la fin, finalement, enfin ?

Le mot précèdent est ykedy, que j’ai proposé de lire comme ηνετος, du verbe ανυω –faire aboutir, d’où mener à terme, accomplir, achever. Ηνετος το τελευταιον – accompli à la fin ?

89b989

Un autre mot que nous avons déjà vu sur la page 4r dytydy EVA – 89b989 pour Θηβηθε de Thèbes ou τηβηθες – du mois de tevet ? Ce mot figure dans la transcription séparé en trois parties, donc pas facile de voir sa fréquence dans le manuscrit.

89b989 εναργηματος – s’agit-il d’un phénomène du mois de tevet ou bien d’un phénomène thébain *?


*J’omets expressément André Thevet avec ses récits des voyages (XVIs) et la thébaïne – nom d’un des alcaloïdes de l’opium (XIXs) dont le nom provient aussi de Thèbes (Egypte), la capitale de l’opium.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Tamarind of 89v2

The middle image band on page 89v2 has three roots with leaves or fruits. Koen examined these images and proposed for the second winged Nike.
In my opinion, the first two roots clearly show the Indian dance postures.
danseur 89v2tamarind 89v2
tamarind

The second root is labeled dydariin in Voynich Query Processor, but it is rather 89maran or 89mariin. Can we read this word as temaran for tamarind?
If the dancers indicate the origin of the plants, the word tamarind is well suited: tamar indi – Indian date.
The drawing’s pod doesn’t have the exact shape of the tamarind pod but it will not be the first time that the herbarium image is more stylized than photographic.
Only A. Ulyanenkov has proposed tamarind for a plant of 100r *, except, of course, if there are proposals from other researchers not tagged and therefore difficult to access.


*A. Ulyanenkov-Voynich Manuscript (The “Book of Dunstan”) coding and decoding methods.

Tamarin de 89v2

La bande d’images du milieu de la page 89v2 présente trois racines avec les feuilles ou les fruits. Koen a examiné ces images et a proposé pour la deuxième Niké ailée. Selon moi les deux premières racines présentent très clairement les postures de la danse indienne.
L’étiquette de la deuxième racine est marquée dydariin dans Voynich Query Processor, mais c’est plutôt 89maran ou 89mariin. Nous pouvons lire ce mot comme temaran pour tamarin ?
Si les danseurs indiquent la provenance des plantes, le mot tamarin (tamarind) convient bien : tamar-datte, ind- des indes. La gousse sur le dessin n’a pas la forme exacte de la gousse du tamarin mais ce ne sera pas la première fois que le dessin d’un herbier soit plutôt stylisé que photographique.
Seul A. Ulyanenkov a proposé tamarin pour une plante de 100r*, sauf, bien sûr s’il existe des propositions non taguées et donc difficilement accessibles.


*A. Ulyanenkov-Voynich Manuscript (The “Book of Dunstan”) coding and decoding methods.

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich, Plantes Voynich

Word EVA shedy

The word EVA shedy appears about twenty times on the botanical pages, 6 times on the astronomical pages, once on the pharmacy jars page and the rest of 427* occurrences is shared between the bathing pages and recipes. This word is obviously related to the themes of the bathing pages.
We can read this word as σ(ζ)κ(γ,χ)ε(ι)θ(τ)ος(η) which leads us to the Greek word σχεθεις -the past participle of the verb σχεθω or εχω – lead, direct, have (measures), take, retain, stop, possess, have, occupy (a position), look upon as, endure, follow closely, renounce, in short, more than two pages in fine print in Bailly. LSJ gives hold, have, get, hold back, keep away.
But that’s not all, just read the 8 as « d » to enter the field of grammar textbook terms: σχεδη, σχεδος – grammatical analysis, a grammar teaching text, lesson, note , page of papyrus, enigma, riddle. Also exists in Latin: scheda with schedis-dative or ablative of the plural and accusative schedas of the plural.
This word gave the term schedography, σχεδογραφία – the art of preparing the σχεδη, texts – grammar exercises used in Byzantium schools in XI century.**
Should we stop at the Greek translation or is it time to associate other languages?
In Slavic languages ​​the word sheta, шета – walk, šetati, шетати – to walk. Shetis is also in Albanian.

It is not easy to choose immediately the meaning of our shedy between the verb hold, the grammatical analysis and the walk.

• The word σχεθω has the advantage of being repeated several times on the same page with different meanings.
• Σχεδος with the sense of the exercise of a (young) student would explain the childlike character of the drawings of the nymphs.
• I am not sure that the word σχεδος itself is often used in the exercise book, perhaps it is necessary to bring together the two previous propositions: σχεθω repeated several times, but with different meanings, on the same page an exercise book of a (young) student.
• Walking, traveling is well suited to Dante’s journey, soul travel, walk of stars and planets. It is easy to understand the absence of this term on the botanical pages.


*Voynich Query Processor
**Robert Henry Robins-The Byzantine Grammarians: Their Place in History-Walter de Gruyter, 1993 – 278 pages

Mot EVA shedy

Le mot EVA shedy  apparait une vingtaine des fois sur les pages botaniques, 6 fois sur les pages astronomiques, une fois sur la page des pots de pharmacie et le reste de 427* occurrences est partagé entre les pages balnéaires et des recettes. Ce mot est visiblement lié aux thèmes des pages balnéaires.
Nous pouvons lire ce mot comme σ(ζ)κ(γ,χ)ε(ι)θ(τ)ος(η) ce qui nous mène vers le mot grec σχεθεις –participe passé du verbe σχεθω ou εχω – porter, conduire, diriger, avoir (les mesures), saisir, prendre, retenir, arrêter, posséder, avoir, occuper (un poste), regarder comme, supporter, suivre de près, renoncer, bref, plus de deux pages en petits caractères dans Bailly.
Mais ce n’est pas tout, il suffit de lire le 8 comme «d» pour entrer dans le domaine des termes des manuels de la grammaire : σχεδη, σχεδος – analyse grammaticale, un texte d’enseignement de la grammaire, leçon, note, page de papyrus, énigme, devinette. Existe aussi en latin : scheda avec schedis –datif ou ablatif du pluriel et schedas accusative du pluriel.
Ce mot a donné le terme schedographie, σχεδογραφία – l’art de préparer les σχεδη, les textes –exercices de grammaire utilisés dans les écoles de Byzance dans XI siècle.**
Devons-nous nous arrêter à la traduction grecque ou bien il est temps d’associer d’autres langues ?
Dans les langues slaves le mot sheta, шета – promenade, šеtati, шетати – se promener. Shêtis est passé aussi dans l’albanais.

Il n’est pas facile de choisir tout de suite la signification de nos shedy entre le verbe prendre, l’analyse grammaticale et la promenade.

  • Le mot σχεθω a l’avantage de pouvoir être répété plusieurs fois sur la même page avec des sens différents.
  • Σχεδος avec le sens de l’exercice d’un (jeune) étudiant expliquerait le caractère enfantin des dessins des nymphes.
  • Je ne suis pas sûre que le mot σχεδος lui-même soit utilisé souvent dans le cahier des exercices, peut-être qu’il faut réunir les deux propositions précédentes : σχεθω répété plusieurs fois, mais avec des sens différents, sur la même page d’un cahier d’exercice d’un (jeune) étudiant.
  • Marche, promenade, voyage convient bien au voyage de Dante, voyage des âmes, promenade des astres et des planètes. Il est facile de comprendre l’absence de ce terme sur les pages botaniques.

*Voynich Query Processor
**Robert Henry Robins-The Byzantine Grammarians: Their Place in History-Walter de Gruyter, 1993 – 278 pages

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

84r labels again

tounaskesThe fourth label is a little complicated because of two unusual letters. The transcript « doiis ol shy », I would say tounask9 for της ανασκευη – (of) refutation (of arguments), destruction, suppression, exists in Latin: anaskeuê.
obetos lnalThe fifth label poses some problems: obitus – end, death; destruction; accomplishment, execution in Latin. The second word has two consonants at the beginning.
onaskes

The sixth label is onaskos for ὄνασθαι? The verb ὀνίνημι- have profit, advantage to, find joy to.
obolos

The seventh label is obolos -obole.
tcheta

The eighth and last label is not easy to interpret in Greek or Latin.

All these labels make me think of the seventh circle of Dante’s hell, the circle of the violent ones. Ολωλα – homicide, ωνητος λαος – venal people, obolos for οβολο-στατης – usurer, της ανασκευη – refutators, blasphemers, ονασθαι – dissipators. Obitus ?nal for sodomites?

Suite des étiquettes de 84r

La quatrième étiquette est un peu compliquée à cause de deux lettres peu habituelles. La transcription donne doiis ol shy, je dirais tounask9 pour της ανασκευη – (de la) réfutation (des arguments), destruction, suppression, existe en latin : anaskeuê.
La cinquième étiquette pose quelques soucis  : obitus – fin, mort, trépas ; destruction ; accomplissement, exécution en latin. Le deuxième mot a deux consonnes au début.
La sixième étiquette est onaskos pour ονασθαι ? Le verbe ὀνίνημι- avoir profit, avantage à, trouver la joie à.
La septième obolos –obole.
La dernière n’est pas facile d’interpréter en grec ou en latin.

Toutes ces étiquettes me font penser au septième cercle de l’enfer de Dante, le cercle des violents. Ολωλα – homicide, ωνητος λαος – peuple vénal, obolos pour οβολο-στατης – usurier, της ανασκευη – réfutateurs, blasphémateurs, ονασθαι – dissipateurs. Obitus ?nal pour sodomites ?

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich

Some 84r labels

A few days ago Koen published an idea about page 84r trying to interpret the two out of three images, ignoring the image with labels. For me the temptation is too great not to try to decrypt the labels.
The image not treated by Koen is the one at the top of the page, representing a reservoir of green water fed by the blue water of clouds (?) in which twelve nymphs wade, the all accompanied by eight labels.

84r_top

I may not be able to read all eight labels today, but I still publish those that seem readable to me.

ololaThe first label (from left to right) reads ololol, there is an error in the transcription, so this word is poorly listed by Voynich Query Processor. The third « l » is visibly different from the first two. I read this word as ολωλα from the verb ὄλλυμι – to perish, to die of a violent death.

cauchemarThe second label consists of two parts: upper « or shekar » and lower « 989 ».
I read the first part as orskonar or it is ορσε onar – who disturbs dreams? Ορσε from the verb ορνυμι – to rise, to excite, to disturb. 989 may very well be ηθος – residence, dwelling, den; character, custom; morals. Can both mean « nightmare’s abode »?

onetes laosThe third label is okedy (118) lol9. Here again is an error in the transcription: VQP gives oloy. I read one89 lol9 – ωνητος λαος – venal, corruptible people.

I hope this reading can help Voynich fans find the explanation of the images.

Quelques étiquettes de 84r

Il y a quelques jours Koen a publié un post à propos de la page 84r en essayant d’interpréter les deux images sur trois, en ignorant l’image accompagnée d’étiquettes. Pour moi la tentation est trop grande pour ne pas y succomber et ne pas tenter de décrypter les étiquettes.

L’image non traitée par Koen est celle du haut de la page, représentant un réservoir d’eau verte alimenté par l’eau bleue des nuages ( ?) dans lequel barbotent douze nymphes, le tout accompagné par huit étiquettes.

84r_top

Je ne pourrais peut-être pas lire aujourd’hui toutes les huit étiquettes, mais je publie quand même celles qui me paraissent lisibles.

ololaLa première étiquette (de gauche à droite) se lit ololol, il y a une erreur dans la transcription, du coup ce mot est mal répertorié par Voynich Query Processor. La troisième « l » est visiblement différente de deux premières. Je lis ce mot comme ολωλα du verbe ὄλλυμι – périr, mourir d’une mort violente.

cauchemarLa deuxième étiquette est formée de deux parties : supérieure « or shekar » et inférieure « 989 ». Je lis la première partie comme orskonar ou bien c’est ορσε onar – qui agite les rêves ? Ορσε du verbe ορνυμι – (se) lever, exciter, perturber. 989 peut très bien être ηθος – résidence, demeure, repaire ; caractère, coutume ; mœurs. Les deux peuvent signifier « demeure des cauchemars » ?

onetes laosLa troisième étiquette okedy (118) lol9. Là encore il y a une erreur dans la transcription : VQP donne oloy. Je lis one89 lol9 – ωνητος λαος – peuple vénal, corruptible.

J’espère que cette lecture pourra aider les fans de Voynich à trouver l’explication des images.

 

Poster un commentaire

Classé dans Alphabet Voynich